Archives pour l'étiquette printemps

Vos meubles tremblent-ils de peur?

iStockphoto LP
iStockphoto LP

Je vous ai parlé d’Anabel la semaine dernière, celle qui se passionne pour la décoration. Elle m’a dit un beau matin: «Si j’avais beaucoup d’argent, je changerais la décoration de ma maison à chaque année.»

Étrange qu’elle me dise ça début mars. Pure coïncidence? Souvent l’envie brusque des gens de tout jeter à terre s’exprime à la fin de l’hiver. Surtout celui que l’on connaît actuellement!

L’été, on y pense moins. Il y a les sorties en famille, les festivals, les pique-niques, les randonnées en vélo et tout le tralala. Il y a de la vie, du mouvement, de la nouveauté. On voit moins les meubles. Continuer la lecture

Provoquez l’arrivée du printemps!

On nous répète qu’il faut profiter de l’ici et du maintenant. Mais devant l’hiver qui perdure depuis décembre avec ses températures glaciales – du moins jusqu’au 13 février – on est vraiment tenté de se fermer les yeux et de s’imaginer sous les doux rayons d’un soleil printanier. Surtout si vous sentez la déprime vous gagner.

Cuisine-Couleurs-Printemps-ISTOCKPHOTO-decoration
iStockphoto LP

Le meilleur remède selon plusieurs experts de la santé: l’action! On part à la recherche de ce petit quelque chose qui égaiera notre journée. Dans nos maisons, on modifie notre décor pour lui donner un air printanier.

Le printemps évoque plusieurs images et douceurs: perce-neige, jonquille, pousse vert tendre, bourgeon, douce chaleur, murmure des ruisseaux de neige qui fond. Victor Hugo dans son poème Printemps dit : « Il semble que tout rit, et que les arbres verts sont joyeux d’être ensemble et se disent des vers…».

Partez à la découverte de ce qui vous fait sourire et vous rend heureux, vous et vos proches, pour narguer cet hiver qui n’en finit pas.

Voici des idées: Continuer la lecture

Un demi-million oublié au fond d’un tiroir

Mes filles rechignaient ou fuyaient quand c’était l’heure du ménage, mais jamais pour faire le « grand » ménage du printemps. Elles m’en parlent encore aujourd’hui. Pourquoi selon vous? Parce que je les payais? Non. Ou devrais-je dire, d’une certaine façon, oui. Je leur permettais de garder l’argent qu’elles trouvaient dans les poches de manteau, de sac à main, de sac de voyage, de sac de sport, etc. Je riais à tous les cris qu’elles poussaient. Elles venaient me montrer leurs trouvailles, les yeux ronds et brillants de plaisir. Continuer la lecture