Elle fait peu parler d’elle comparativement aux boomers et aux milléniaux. Ses dettes sont élevées, elle fait face à la montée des taux d’intérêt et ne bénéficiera pas de la crête du marché immobilier sur laquelle surfent les boomers. Tel est le lot de la génération X.

[caption id="attachment_17156" align="aligncenter" width="600"]iStock iStock[/caption]

Récemment, la firme Placements Franklin Templeton Canada rendait publics les résultats d’un sondage portant sur la génération X, autant aux États-Unis qu’au Canada. Mais avant, voici les commentaires de deux dirigeants de la firme.[……]

Read more

Beaucoup de boomers et de membres de la génération X supportent difficilement que certaines résidences pour personnes âgées, qu’habitent leur père ou leur mère ou les deux, ressemblent à des mouroirs. Un projet pilote s’annonce à Québec: implanter une résidence dans un centre commercial.

[caption id="attachment_17152" align="aligncenter" width="600"]iStock iStock[/caption]

Dans l’édition du 21 avril 2018 du magazine Les Affaires, la journaliste Claudine Hébert consacre un reportage à plusieurs volets aux résidences pour personnes âgées. Un vent de fraîcheur s’élèverait actuellement, semble-t-il. On cherche à insuffler davantage de vie dans les résidences en les mixant avec des espaces de vie animés, un centre commercial notamment.[……]

Read more

Difficile pour un travailleur autonome de planifier son avenir financier. Il y a des hauts, il y a des bas. Les revenus fluctuent selon les contrats. Or, les prêteurs fuient l’instabilité. Contracter une hypothèque devient ardu. Mais il y a du nouveau.

La Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) annonce de nouvelles mesures destinées à faciliter l’emprunt hypothécaire chez le travailleur autonome en « rassurant » les prêteurs.

Voici les mesures rapportées textuellement.[……]

Read more

Les Bleus ont gagné la Coupe du monde de soccer, les Eagles de Philadelphie ont gagné le Super Bowl, les Capitals de Washington ont gagné la Coupe Stanley, des propriétaires vendent leur propriété au prix désiré et des acheteurs trouvent la propriété convoitée, également au prix désiré. Leur point commun : ils ont bâti une équipe solide.
Personne ne maîtrise tous les aspects du jeu de l’immobilier. Ce que l’on ignore nous conduit souvent à la fosse aux problèmes si on néglige de frapper aux bonnes portes pour s’entourer de personnes compétentes.

[……]

Read more

La Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) a publié en juin son Rapport sur les résidences pour personnes âgées. On apprend que le taux d’inoccupation a augmenté au Québec au cours de la dernière année.

Kevin Hughes, économiste régional, Québec, à la SCHL, explique :

« La hausse du taux d’inoccupation au Québec s’explique surtout par les changements survenus dans les  RMR [régions métropolitaines de recensement] de Montréal et de Québec, où le taux a beaucoup augmenté. Cette année encore, il y a entre les régions de la province d’importantes différences dans l’état du marché, son orientation, l’offre et la popularité des logements pour aînés. » 

Voici les faits saillants du rapport pour le Québec, rapportés intégralement.[……]

Read more

Or en filigrane dans une frange, filet d’or autour d’une vaisselle décorative, feuille d’or murale grâce au papier peint, étoffe d’or en guise de rideaux, métal doré, peu importe le chemin qu’emprunte la couleur or, elle capte l’attention. Un simple contour attire le regard.

[caption id="attachment_17070" align="aligncenter" width="600"]iStock iStock[/caption]

Même utilisée parcimonieusement, la couleur or impose un certain luxe pour ne pas dire un luxe certain. Et si sa présence est massive, elle évoque la somptuosité d’un palais. L’or colore un espace d’une manière éclatante.

[caption id="attachment_17072" align="aligncenter" width="600"]iStock iStock[/caption]

L’or possède ses nuances. Or orangé, or mat ou brillant, or bronzé, or flirtant avec le jaune. Sans oublier l’or pur de la lumière d’un soleil fou de novembre à travers les roseaux. L’or peut être clair ou un brin sombre, selon la nuance désirée.

[……]

Read more

Parlez-en à Robert* qui est tombé sous le charme d’une résidence d’un million de dollars lors d’un séjour au Costa Rica. Il a conclu la vente sur place. À peine un an plus tard, il se demande bien comment se départir de son actif sans perdre tout son investissement.

« Sa maison ne vaut plus un million du tout… même qu’elle n’en a jamais valu autant », dit Louise Rémillard, courtière spécialisée dans l’achat à l’étranger.

« Ce que l’on pense être une bonne affaire selon nos propres critères de référence n’est peut-être pas le cas, poursuit-elle. C’est pourquoi il faut absolument traiter avec un professionnel de confiance qui connaît à fond le marché dans lequel on souhaite acheter. »

L’indispensable expertise locale

« On voudra être conseillé par un courtier spécialiste du pays — et de la région — qui nous intéresse. »

Afin d’entrer en contact avec ce professionnel local, il peut être judicieux de faire appel à un courtier canadien affilié à un réseau international étendu. Celui-ci pourra nous mettre en relation avec le courtier local qui sera le mieux placé pour nous conseiller sur le marché immobilier de la région, notamment en ce qui a trait à l’emplacement idéal selon nos besoins, au budget à prévoir, aux conditions du financement et aux réglementations en vigueur. Il nous épaulera aussi à travers la paperasse locale, souvent offerte qu’en langue étrangère. Rappelons-nous que ce qui d’abord sembler « simple » peut s’avérer plutôt « flou » une fois que les problèmes surviennent…

« Acheter une propriété sur la “mauvaise plage”, où la baignade avec les petits-enfants en visite n’est pas possible, c’est bien dommage… payer trop cher aussi, donne en exemple Louise Rémillard. Et cela peut être coûteux d’acheter un condo dans un complexe où le fonds de prévoyance est mal géré. »[……]

Read more