Archives pour l'étiquette climatisation

Maison du développement durable, photo de Jean Gagnon, Wikipedia

Visite de la maison presque parfaite

Si vous allez bientôt au centre-ville de Montréal, passez dans le coin de la Place des arts. Tout près se trouve un bâtiment qui correspond presque en tout point à l’habitation écologique de l’avenir. Vous pouvez le visiter à l’occasion de visites guidées.

Vous verrez, de vos propres yeux, tout ce dont nous avons parlé jusqu’ici, et ce dont nous parlerons dans les prochains mois.

Située coin Clark et Ste-Catherine, la Maison du développement durable (MDD) utilise l’énergie géothermique. Un total de 28 puits de 500 pieds de profondeur ont été creusés sous le bâtiment. La chaleur du sol, récupérée au moyen de ces puits, fournit 80% des besoins en chauffage du bâtiment et couvre tous les besoins en climatisation. Continuer la lecture

iStock

Chauffer sa maison à partir du sol

Le concept fait son p’tit bonhomme de chemin. Dispendieux pour le moment, certes, mais fort prometteur. Et comme n’importe quoi, plus les années passeront, plus le concept se fera abordable. Nous parlons de la géothermie.

Le principe est simple. Le but est de récupérer la chaleur du sous-sol pour chauffer la maison. La beauté de tout ça, c’est que cette énergie est inépuisable. Et aucun agent polluant. Continuer la lecture

Le plus beau des cadeaux

renovation_decembre_2012L’un de vos enfants vivra bientôt dans sa propre maison en tant que nouveau propriétaire? Vous êtes mère monoparentale et vous vous arrachez les cheveux dès qu’un pépin survient chez vous? Vous êtes propriétaire, mais nul en habileté manuelle? Vous voudriez vivre seul mais vous êtes terrifié face aux nouvelles responsabilités?

Mon petit doigt me dit que le bouquin Ma maison mode d’emploi  risque de vous intéresser. Le résumé sur la page couverture décrit bien l’angoisse de ceux et celles qui ont peur d’avoir l’air fou en appelant un professionnel. Il se lit comme suit: «Tout ce que vous devez savoir sur votre maison sans avoir à demander à votre beau-frère!»

Et toujours sur la même page: «Sachez quand il faut vraiment appeler un pro à la rescousse», lit-on également. Continuer la lecture

Le jour où la plomberie fait défaut

Pauvres plombiers! Combien de mauvaises blagues circulent surleur dos. Tenez, voici deux d’entre elles. Deux créations de l’humour juif.

-Tu connais la différence entre un plombier et le messie? demandele premier Juif.

-Non, répond le deuxième.

-Le messie, lui, va finir par arriver un jour!

La deuxième maintenant. Un médecin juif fait venir unplombier. À la fin des travaux, il sursaute en voyant la facture qui lui refilele plombier.

-Mais je charge moins que cela à mes patients !

-Je sais, répond le plombier, j’étais médecin avant.

On ne m’en voudra certainement pas si j’affirme que lesavoir-faire d’un plombier est inestimable. Ces deux blagues le confirmentd’ailleurs. La première montre combien le temps s’étire à n’en plus finirlorsque, les bras ballants et la gueule tombante devant une fuite d’eau, onattend le plombier en tapant du pied. Plus le temps passe, plus nous prenonsconscience de notre ignorance crasse.

La deuxième blague montre jusqu’à quel point les servicesd’un plombier valent de l’or.

Fidèle à son habitude, l’Association provinciale desconstructeurs d’habitation du Québec (APCHQ) nous vient en aide avec unsommaire des précautions à prendre avant d’appeler un plombier.

Premier conseil : demander un devis détaillé au plombieravec le coût approximatif des travaux à réaliser, tout ça après avoir pris desréférences si le plombier s’avère être un inconnu.

« Certains clients se lancent dans des rénovations majeuressans trop savoir où ils s’en vont. Ils se sont fixé un budget, mais s’aperçoiventvite que celui-ci ne sera pas suffisant pour compléter les travaux. Il y atellement d’imprévus qui peuvent survenir, de robinets et d’accessoiresesthétiques de qualité sur le marché que la facture peut grimper rapidement,d’où l’importance de prévoir l’ampleur des travaux et le choix des accessoires avecson plombier », affirme René Thorn, plombier et président de l’entreprise Lesateliers de plomberie Rive-Sud ltée et membre de la bannière Réno-Maître.

L’APCHQ nous indique que la réalisation de travaux derénovation est le moment idéal pour revoir l’état général de la plomberie. Àpropos, il est recommandé de changer de chauffe-eau tous les dix ans environ.

« C’est au plombier que revient généralement la tâched’enlever l’équipement de plomberie existant afin de pouvoir installer lesnouveaux appareils, que ce soit une douche, une toilette, un robinet ou autre »explique l’APCHQ dans un communiqué de presse. « Cependant, un plombier nepeut garantir la qualité d’un produit qu’il n’a pas lui-même fourni au client. Deplus, il est important que les produits soient homologués CSA.

« Attention aux plombiers qui optent pour des produitsde moindre qualité afin de faire baisser la facture. Mieux vaut opter pour desproduits fiables qui ont une durée de vie plus longue et qui seront garantiss’il y a un bris. »

L’APCHQ rappelle que plusieurs produits nous permettentaujourd’hui de réduire notre consommation d’eau: cuvettes de toilette à double chasseavec un volume d’eau de six ou même de trois litres, une pomme de douche àfaible consommation, un robinet électronique avec détecteur de mouvement, pourne nommer que ceux-là.

L’APCHQ détruit le mythe qu’un plombier ne s’occupe que deplomberie. « Il faut savoir qu’un plombier est également en mesure deréparer les canalisations d’eau ou de gaz, le système de gicleurs d’incendie, lescanalisations de toutes sortes et peut aussi effectuer des travaux reliés auxsystèmes de climatisation ou de chauffage s’il détient les permis et lescompétences nécessaires pour ce type de travaux» lit-on dans le communiqué.

L’APCHQ possède une banque de noms si jamais vous cherchez unplombier. Pour la consulter, on se dirige vers le site de l’organisme.

(Photo:plombier-de-france@fr)