Archives pour l'étiquette climatisation

iStock

Toits blancs, toits frais

La climatisation est une alliée du réchauffement climatique puisqu’elle émet des gaz à effet de serre (GES). Pour diminuer son taux d’utilisation, il faut faire réverbérer les rayons du soleil, donc sa chaleur. Les toits noirs absorbent toute la chaleur solaire et la répercutent dans l’habitation. Les toits blancs, eux, la réfléchissent.
Montréal et d’autres villes en Amérique du Nord, engagées dans la lutte contre le réchauffement climatique, font des pieds et des mains pour multiplier les toits blancs sur leurs territoires. Continuer la lecture

iStock

Subvention pour un toit végétal

La création d’un toit végétal est admissible au programme de subvention RénoVert. Cela veut dire qu’un toit végétal contribue à la lutte contre les gaz à effet de serre. Voici ce que vous devez savoir si vous songer à coiffer votre propriété d’une toiture végétale.

Un toit végétal réduit votre facture d’énergie (climatisation et chauffage) d’environ 30% en réduisant les pertes de chaleur. Durant les périodes de canicule qui s’annoncent nombreuses dans les années à venir, il réduit l’entrée de chaleur par le toit de près de 90%. Il prolonge la durée de vie de la toiture en le protégeant contre les rayons ultraviolets et les intempéries. Il ajoute un nouvel espace récréatif, amortit le bruit venant de l’extérieur et purifie l’air autour de la maison. Bref, il augmente la valeur d’une propriété. 
Le degré de végétation dépend de vous. Si vous ne voulez pas trop investir, avoir peu d’entretien à faire, ne pas être obligé de solidifier le toit et d’installer un système de drainage sophistiqué, optez pour un toit peu végétalisé. Souvent, les travaux d’aménagement sont réduits au minimum grâce à l’installation d’un matelas pré-planté.

Continuer la lecture

iStock

Maison écologique : achat et profit

Ce billet s’adresse à deux types d’acheteurs. Ceux qui accordent de l’importance au potentiel de revente de la propriété qu’ils désirent acheter. Et ceux qui veulent prendre le virage de la propriété durable et écologique, souvent les premiers acheteurs de la génération Y (milléniaux).

Les mots « écologique » et « profit » dans la même phrase, qui l’eut cru? D’ici 20 ans, la propriété durable et écologique aura pris beaucoup de valeur. Le potentiel de revente est là.

Ses caractéristiques sont nombreuses. Au premier rang figurent une propriété à la taille équivalente aux besoins de la famille, des matériaux sains et durables, une facture d’énergie considérablement réduite (chauffage et climatisation) et un potentiel de recyclage élevé côté matériaux.

Selon Écohabitation, les toits en métal, acier peint ou galvanisés, ont une durée de vie supérieure à 50 ans. Ils ne demandent aucun entretien et sont recyclables à 100%. Les toits en bois, bois composite et EPDM suivent de près. D’autres matériaux sont recommandés. Par contre, fuyez les bardeaux d’asphalte!  Continuer la lecture

Maison du développement durable, photo de Jean Gagnon, Wikipedia

Visite de la maison presque parfaite

Si vous allez bientôt au centre-ville de Montréal, passez dans le coin de la Place des arts. Tout près se trouve un bâtiment qui correspond presque en tout point à l’habitation écologique de l’avenir. Vous pouvez le visiter à l’occasion de visites guidées.

Vous verrez, de vos propres yeux, tout ce dont nous avons parlé jusqu’ici, et ce dont nous parlerons dans les prochains mois.

Située coin Clark et Ste-Catherine, la Maison du développement durable (MDD) utilise l’énergie géothermique. Un total de 28 puits de 500 pieds de profondeur ont été creusés sous le bâtiment. La chaleur du sol, récupérée au moyen de ces puits, fournit 80% des besoins en chauffage du bâtiment et couvre tous les besoins en climatisation. Continuer la lecture

iStock

Chauffer sa maison à partir du sol

Le concept fait son p’tit bonhomme de chemin. Dispendieux pour le moment, certes, mais fort prometteur. Et comme n’importe quoi, plus les années passeront, plus le concept se fera abordable. Nous parlons de la géothermie.

Le principe est simple. Le but est de récupérer la chaleur du sous-sol pour chauffer la maison. La beauté de tout ça, c’est que cette énergie est inépuisable. Et aucun agent polluant. Continuer la lecture