Archives pour l'étiquette cimetière

Complexe funéraire, cimetière ou crématorium

J’avais fait l’entrevue chez un couple de Laval-des-Rapides, un quartier de Laval. J’avais appris que l’homme et la femme vivaient dans un ancien complexe funéraire, mais remarquez que l’entrevue portait sur un tout autre sujet.

En mettant le pied dans la maison, j’ai vu immédiatement deux salons funéraires s’allonger côte à côte. Peut-être il y en avait-il un troisième et un quatrième? Je ne me souviens pas. Et ne me demandez pas en quelles pièces les salons avaient été transformés. En chambre à coucher? Impossible de m’en rappeler.

iStockphoto
iStockphoto

La femme me déclara tout de go qu’elle dormait très bien la nuit. Aucun problème. Son compagnon aussi. Mais c’était plus fort que moi. Durant l’entrevue, je ne pouvais m’empêcher de me demander combien de dépouilles avaient «transité» dans cet espace au fil des années. Je suppose que le couple s’est sûrement un jour posé la question. Continuer la lecture

Des squatteurs dans la maison!

iStockphoto LP
iStockphoto LP

Des pouilleux, des crottés, des anarchistes, des fainéants, des parasites! Foutez-moi ça en prison! Aucun respect pour la propriété d’autrui! Ah, si j’étais juge!

C’est le genre d’insultes que les moins tolérants d’entre nous tiendraient si, de retour chez eux après une longue absence, ils arrivaient face à face avec une poignée de gars et de filles, confortablement installés dans la salle de séjour où ils auraient élu domicile.

Ne reste qu’à appeler les policiers pour les déloger. Que faisaient ces gens? Ils squattaient.

Rassurez-vous, cela ne risque pas de vous arriver. Les squatteurs préfèrent les bâtiments abandonnés: entrepôts, boutiques, usines. Parfois des résidences, c’est vrai.

Le hic est que les bâtiments, même abandonnés, appartiennent souvent à quelqu’un.

Le squattage existe depuis la nuit des temps. Et ils sont des millions sur la planète à habiter un espace qui ne leur appartient pas ou pour lequel ils ne paient aucun loyer. Continuer la lecture

Une école dans le jardin des morts

Ça sonne macabre?  C’est que l’Halloween est à nos portes!  Un  soupçon d’horreur aura l’avantage  de vous mettre dans le bain en prévision de la soirée où un tas de petits monstres viendront frapper chez vous.

AItre Saint-Maclou, chat de Karl Dubost sur Wikipedia
Aitre Saint-Maclou, chat momifié, photo de Karl Dubost sur Wikipedia

L’immeuble dont je vais vous parler n’a rien d’une confiserie. Aux yeux de l’auteure Christiane Lablancherie, il s’agit de l’immeuble le plus mystérieux de Rouen, ville de Normandie. Nous voilà donc au pays de Jeanne d’Arc et du roi Arthur et ses chevaliers de la Table ronde.

L’aître Saint-Maclou est un regroupement de maisons à pans de bois où des sculpteurs ont donné libre cours à leur imagination. Toutes les poutres sont garnies de frises macabres, de têtes de mort, de croix, de tibias entrecroisés, de haches, de pelles pour creuser les tombes et d’autres horreurs.

Près de la porte d’entrée, le visiteur n’a qu’à tourner la tête vers la droite pour apercevoir un chat momifié derrière une vitrine. Le squelette a été découvert dans un mur du bâtiment.  Le visiteur remarquera aussi une danse macabre tout le long des colonnes. Comme vous pouvez le constater, ce n’est pas du bonbon. Continuer la lecture