Archives pour l'étiquette architecte

Embaucher un architecte

On l’oublie souvent, mais il peut vous rendre de précieux services. Pourquoi ne pas recourir à un architecte lorsque vient le moment d’entreprendre des rénovations majeures? Exemple: l’agrandissement d’une résidence.

Bien sûr, il viendra alourdir la facture des travaux, mais n’oubliez pas que, dans la plupart des rénovations majeures, votre propriété prendra de la valeur. Alors, pourquoi ne pas gonfler cette valeur à son maximum? Surtout s’il s’agit d’ajouter de l’espace à une maison.

Vous n’êtes pas obligé de faire appel à un architecte de grande renommée. L’étudiante ou l’étudiant fraîchement sorti de l’université fera l’affaire.

Il ne faut pas avoir peur d’aller chercher des connaissances ailleurs lorsqu’on veut rénover une maison. L’architecte est le professionnel qui possède ces connaissances.

iStockphoto
iStockphoto

Premier avantage: vous pourrez échanger avec lui avant le début du projet de rénovation et tout au long des travaux, ce qui enlève beaucoup de stress. Vous vous sentirez moins seul. Continuer la lecture

Les cinq trompettes de Stockholm

Les qualifier de gratte-ciel serait un brin prétentieux. Seulement 72 mètres de hauteur pour 18 étages. Leur design n’a rien de révolutionnaire et leurs sommets ne décoiffent personne. Alors, pourquoi intriguent-ils autant? Parce qu’ils sont mousquetaires dans l’âme. C’est «tous pour un et un pour tous!» Ces immeubles viennent en paquet de cinq, sinon ils ne viennent pas. Et il y a les rideaux aussi.

Le nom officiel de ce complexe immobilier est Hötorgsskraporna, ce qui se traduit par «les gratte-ciel de la place Hötorg», ou encore Höterget Buildings, mais les habitants de Stockholm les surnomment affectueusement les cinq trompettes.

Hötorgsskraporna de soir (son nom populaire) par Holger Ellgaard sur Wikipedia
Hötorgsskraporna de soir (son nom populaire) par Holger Ellgaard sur Wikipedia

Assoiffés de renouveau à l’époque, les autorités ont réaménagé un quartier au complet, détruisant des bâtiments historiques pour les remplacer par des édifices plus modernes. L’idée de créer des immeubles «frères» a surgi au sein de l’équipe. Restait à fixer le nombre.

Le chiffre quatre a été proposé. Un architecte s’est indigné : «À une femme, on offre cinq roses, pas quatre.» L’argument était de taille, puisque le chiffre cinq a finalement été retenu.

Lorsque les architectes suédois ont présenté le projet à l’administration municipale, l’adjoint du maire s’est laissé emporter par l’émotion. «Ce projet urbain évoque pour moi la puissance créative de l’Homme et sa foi en l’avenir, cinq accords majeurs, cinq coups de trompette dans une partition d’Haendel», a-t-il dit. Haendel est un compositeur de musique reconnu pour son emploi des cuivres.

Les cinq édifices émergeront de terre les uns après les autres entre 1952 et 1966. Observez bien les façades de chacun des immeubles. Cela peut vous sembler banal, mais c’était peu répandu à l’époque. Chacune des façades est un mur-rideau. Continuer la lecture

Les leçons des maisons ancestrales

C’est le début d’unenouvelle année. Cela veut dire gros ménage à faire dans les fichiers et lespapiers. Je profite du moment d’ailleurs pour vous souhaiter une très belleannée et tout ce que vous désirez, de la lettre A à la lettre Z de l’alphabet.Mine de rien, c’est beaucoup pour douze mois. Mais bon…

En triant la paperasse,je suis tombé sur un article de l’architecte Mathieu Fleury, de la firme Vachon@ Roy à Gaspé. L’article a été publié dans le magazine Constructo édition juin2010. J’ai souri en le lisant.

L’architecte Fleury attirenotre attention sur un fait : les bâtiments d’époque étaient, souscertains aspects, plus près de l’idéal environnemental que nous ne le sommesaujourd’hui avec toutes nos méthodes dites avancées. La logique veut que, siles maisons ancestrales sont toujours debout, c’est qu’elles constituent un belexemple de ce qu’on appelle le développement durable. Continuer la lecture