Archives pour l'étiquette recyclage

iStock

La céramique réussit le test

La céramique est vieille comme le monde. Sa fabrication et son utilisation remonte à des millénaires. Grecs et Romains du temps de l’Antiquité étaient fous de ce matériau. On trouve de la céramique aux quatre coins du monde.

L’argile est le premier matériau entrant dans la fabrication de la céramique. On le cuit au four à de très hautes températures. On trouve de l’argile à profusion dans la nature, même s’il est exploité par les fabricants de céramique depuis des lunes. Sous cet angle, la céramique est certainement un matériau écologique.

iStock
iStock

Ajoutez à cela que la céramique est d’une durabilité exemplaire une fois posée sur le sol ou les murs. Elle peut résister pendant près d’un demi-siècle. Sans compter qu’elle nécessite peu d’entretien, ce qui est en soi un trait caractéristique d’un matériau durable.

La surface de la céramique est souvent vitrifiée. Donc, aucune substance toxique ne risque de se propager dans l’air d’une maison. Mieux: de plus en plus de fabricants ont recours à des matériaux recyclés, comme le verre, pour fabriquer la céramique.

Écologique, la céramique? Pas tout à fait. Continuer la lecture

iStock

Le verre matériau du futur

L’avenir n’appartient pas seulement aux écomatériaux. Le verre en est la preuve éclatante.

Au départ, c’est-à-dire il y a des siècles et des siècles, le verre était peu transparent et peu résistant. Les progrès de la science ont permis au verre de gagner en transparence et en solidité. C’est pourquoi la fabrication du verre exige beaucoup d’énergie car le degré de transformation est élevé. Elle dégage du CO2, des métaux lourds et des gaz polluants en quantités industrielles.

Le verre est donc loin derrière le bois, la pierre, la terre ou la paille en termes de matériaux écologiques. Par contre, il devance de beaucoup les bêtes noires des écologistes que sont le PVC, l’aluminium et même l’acier. Continuer la lecture

iStock

Rangement: le défi des boomers

Vous devez emménager dans un espace plus restreint. Ce sera une maison moins grande, ou vous passerez d’une unifamiliale à la vie en copropriété.

Avant d’attaquer de front les travaux de rénovation dans le nouveau logement, il vous faut diminuer le stock à déménager, c’est-à-dire conserver l’essentiel, pour des raisons pratiques ou sentimentales, et vous débarrasser du reste. Pas évident, n’est-ce pas?

Vous n’êtes pas seul. Continuer la lecture

iStock

Astuces de rangement pour cuisine

Ma conjointe et moi, passons d’un grand condo à un trois et demi pour un an. Faire le grand ménage dans notre matériel ne sera pas suffisant. Nous sommes donc partis à la recherche d’idées de rangement. Elles foisonnent.

On a décidé de les partager avec vous. Ce n’est qu’un début. Suivez-nous, il y en aura d’autres bientôt.

On débute avec la cuisine. Prenez le temps de consulter tous les liens qui suivent. Il y a sûrement quelque chose pour vous là-dedans. Continuer la lecture

Collecte robotisée à Beaconsfield

Il y a un comportement à adopter quand vient le moment de déposer les déchets ou bac de recyclage au chemin.

iStockphoto
iStockphoto

Par exemple, je refuse obstinément de déposer notre sac d’ordures la veille de la collecte. Je le dépose le matin même. Je ne veux pas qu’un chat, un écureuil ou tout autre animal ne vienne percer le sac durant la nuit.

Le matin de la collecte, en me dirigeant vers mon travail, je vois toujours des sacs éventrés sur le trottoir. Les déchets sont répandus sur le béton, sur l’herbe et parfois dans la rue. Ça fait sale.

Et puis, qui ramasse les dégâts? Nous ou le préposé à la collecte? Ni l’un ni l’autre que je me dis.

Ma conjointe, elle, affiche une attitude exemplaire en matière de recyclage. Elle observe à la lettre les recommandations de l’arrondissement, celui d’Ahuntsic-Cartierville, à Montréal.

Avant de déposer le bac au chemin, elle prend le temps de trier les matières dans le bac. Elle veut sauver de l’ouvrage aux travailleurs de l’usine. Elle veut surtout que tout soit vraiment recyclé et non rejeté. Là-dessus, je suis un peu négligent. Disons que je ne montre pas autant de rigueur que ma conjointe.

Bref, nous avons tous nos propres manies.

À Beaconsfield, ville anglophone dans l’ouest de Montréal, on procède à une innovation majeure en matière de collecte: une collecte robotisée accompagnée d’une tarification incitative. Continuer la lecture