Archives pour l'étiquette énergie

iStockphoto

Des dollars pour une maison écolo

Ce n’est pas d’hier que la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) aide les propriétaires du pays à réduire le montant de leurs factures en matière de consommation d’énergie, contribuant du même coup à la réduction des gaz à effet de serre et accélérant la venue de l’habitation écologique.

Depuis 2004, la SCHL offre un remboursement de prime partiel aux propriétaires qui ont contracté une hypothèque, assurée par la SCHL, en vue d’acheter ou de faire construire une maison éconergétique, ou encore d’entreprendre des travaux de rénovation destinés à améliorer l’efficacité énergétique de la résidence.

Le taux de remboursement de prime était de 10%. Or, la SCHL annonçait récemment qu’elle portait ce taux à 25% «en fonction du niveau d’efficacité énergétique obtenu», et que les critères d’admissibilité avaient été mis à jour. Continuer la lecture

iStock - Photo à titre d'exemple seulement.

De l’argent pour un chauffe-eau solaire

Prenez le virage de l’habitation écologique et décidez-vous à acheter un chauffe-eau solaire. Nous avons un argument de taille pour vous: vous recevrez un crédit d’impôt du gouvernement du Québec dans le cadre du programme RénoVert.

Des conditions s’imposent pour l’installation d’un chauffe-eau solaire, mais elles sont peu contraignantes. Ne tardez pas car la durée du programme est de deux ans seulement.

Le fonctionnement d’un chauffe-solaire est relativement simple. Des capteurs de différents modèles installés sur le toit, côté sud donc plein soleil, transfèrent l’énergie solaire vers un chauffe-eau situé à côté du chauffe-eau classique par l’entremise d’un échangeur thermique et d’une pompe. Les deux chauffe-eau sont reliés.

Notez que le capteur solaire est parfois fixé au sol. Ou ce sont des panneaux solaires très minces installés sur le balcon. Au Québec, vu le climat, ces deux types de fixation sont à proscrire. Par contre, il a été question de fixer le capteur à la verticale sur un mur. Une évaluation d’Hydro-Québec en 2011 est présentée sur le site La Maison saine et écologique.

Vous vous demandez peut-être à quoi bon un deuxième chauffe-eau s’il ne remplace pas le premier? Continuer la lecture

iStock

Durable et solide

Autrefois l’expression «investir dans la pierre» signifiait investir dans la construction et l’immobilier. Pourquoi? Parce que l’immobilier est un secteur solide et durable. Comme la pierre.

Existe-t-il un matériau naturel plus résistant, plus durable et plus solide que la pierre? On la croit presque éternelle. Pas surprenant qu’elle figure parmi les matériaux de choix en cette ère d’habitation écologique.

La pierre abonde dans la nature. Elle est recyclable, imperméable tout en étant poreuse et exige peu d’entretien ce qui éloigne nombre de produits chimiques. Elle filtre la pollution en absorbant le gaz carbonique, principal gaz à effet de serre. Atout non négligeable : elle est à l’épreuve du feu.

La pierre diminue la consommation d’énergie dans une maison car elle emmagasine la chaleur pour la redistribuer au besoin. Elle est donc un régulateur naturel de la chaleur car elle combat les écarts de température. Au Québec par contre, cet avantage écologique est moindre car le mur extérieur en pierre est séparé de l’intérieur par un matériau isolant. Mais moindre ne veut pas dire nul. Un plancher de pierre exposé aux rayons du soleil, l’hiver, viendra freiner cette perte écologique. Continuer la lecture

Cette maison bouffe-t-elle de l’énergie?

La question revient souvent chez l’acheteur ayant une maison en vue. Combien dévore-t-elle d’énergie? Quelle sera le montant de la facture?

Un beau matin, des courtiers de Via Capitale ont frappé à la porte d’Écohabitation, organisme qui fait la promotion de l’habitation écologique au Québec. Nous voudrions pouvoir répondre à l’acheteur d’une maison qui s’interroge sur sa performance énergétique, de dire les courtiers aux spécialistes d’Écohabitation, pouvez-vous nous aider?

L’équipe de spécialistes a conçu un logiciel capable de mesurer la consommation d’énergie d’une maison. Le calcul se fait en tenant compte de différentes variables: le climat de la région, la consommation d’eau et d’énergie, la date de construction et la superficie totale du bâtiment, le nombre d’occupants, etc.

iStock
iStock

Le résultat de l’analyse s’appelle la cote énergétique. Exemple: Continuer la lecture

Rénos écologiques: les Québécois traînent de la patte

iStockphoto LP
iStockphoto LP

Le concept de la rénovation verte a franchi la barrière de résistance au Canada. Non seulement les propriétaires lui ouvrent les bras, mais ils sont disposés à ouvrir leur portefeuille si le coût des travaux dépasse celui de la rénovation traditionnelle.

C’est l’heureuse conclusion tirée d’un récent sondage commandé par la Banque Scotia. Les réponses indiquent que «66 % des propriétaires canadiens songent à rénover leur maison pour la rendre plus écoénergétique ou écologique. Fait intéressant, 66 % de ces propriétaires seraient prêts à faire le pas même si ces rénovations étaient plus onéreuses que des travaux traditionnels», lit-on dans le communiqué de presse. Continuer la lecture