Archives pour l'étiquette énergie

Une maison écologique, c’est payant!

Peut-être que le tapage entourant le réchauffement climatique vous laisse froid. Tout comme la nocivité de certains matériaux sur la santé des occupants d’une maison. Vous êtes sceptique. Mais soyez certain d’une chose : une maison écologique, c’est payant. Voici les preuves.

Selon une étude de marché commandée par Écohabitation, plus de 60% des entrepreneurs interrogés affirment que le coût de la construction d’une maison écologique dépasse de 2% à 5% celui d’une maison conventionnelle. Par contre, plus de 60% des courtiers immobiliers interrogés soutiennent que la valeur ajoutée se situe entre 5% et 15%. On voit tout le potentiel de la revente que réserve une maison écologique. Le profit est intéressant.

iStock
iStock

D’ailleurs, les experts de la Société canadienne d’hypothèque et de logement se montrent formels: la maison écologique renferme une valeur ajoutée qui est loin d’être négligeable. La raison est simple : les normes écologiques sont les normes de l’avenir. En d’autres termes, ce n’est pas une mode, mais une obligation.

Même si la construction ou l’achat d’une maison durable, et même la rénovation écologique, impliquent des dépenses supérieures, dites-vous que l’aide financière pleut de partout.    Continuer la lecture

iStock

On rénove quoi?

On rénove pour plus d’espace ou plus de confort. On rénove aussi dans la perspective de vendre sa propriété  rapidement tout en obtenant le prix désiré. Hors de question de rénover à l’aveuglette. Suivez le guide.

  • Il est risqué de courir à plat ventre pour réaliser des travaux majeurs en vue d’une vente rapide. Un gâchis vous attend probablement. Des travaux de quelques centaines ou milliers de dollars feront l’affaire.
  • Revisitez tous les coins et recoins de votre maison et détectez les défectuosités. Vous aurez l’air de quoi si vous négligez de le faire et que le futur acheteur revient accompagné d’un inspecteur en bâtiment? Négliger un tour d’inspection n’est pas la meilleure chose à faire. Et puis, vous aurez beau vendre votre propriété au prix désiré, si le futur propriétaire vous traîne devant les tribunaux pour vices cachés, non seulement vous risquez de voir votre profit fondre au soleil, mais votre qualité de vie en souffrira.
  • Faites face à votre maison et mettez-vous à la place de l’acheteur. La façade est-elle attrayante? La porte d’entrée est-elle impeccable? Une façade négligée signifie propriétaire négligent dans la tête du futur acheteur.
  • Faites le tour de votre propriété à l’extérieur et essayez d’imaginer ce qui risque de déplaire et tentez d’y remédier. Exemple : vous habitez dans un quartier bruyant à cause de la circulation. Informez-vous du coût de l’érection d’un mur végétal ou en matière solide afin d’atténuer le bruit.

Continuer la lecture

Hydro-Québec à votre rescousse

iStock
iStock

Grâce à ses compteurs de la nouvelle génération, Hydro-Québec offre la possibilité à ses abonnés du secteur résidentiel de vérifier, chaque jour, leur consommation d’électricité.

Pour l’abonné qui s’alarme devant ses factures galopantes en consommation d’énergie, ou pour celui qui aimerait bien vérifier l’impact direct des différentes astuces qu’il utilise pour diminuer le montant de ses factures, ce nouvel outil d’Hydro-Québec, appelé Portrait de ma consommation, devient un incontournable. Continuer la lecture

iStockphoto

Des dollars pour une maison écolo

Ce n’est pas d’hier que la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) aide les propriétaires du pays à réduire le montant de leurs factures en matière de consommation d’énergie, contribuant du même coup à la réduction des gaz à effet de serre et accélérant la venue de l’habitation écologique.

Depuis 2004, la SCHL offre un remboursement de prime partiel aux propriétaires qui ont contracté une hypothèque, assurée par la SCHL, en vue d’acheter ou de faire construire une maison éconergétique, ou encore d’entreprendre des travaux de rénovation destinés à améliorer l’efficacité énergétique de la résidence.

Le taux de remboursement de prime était de 10%. Or, la SCHL annonçait récemment qu’elle portait ce taux à 25% «en fonction du niveau d’efficacité énergétique obtenu», et que les critères d’admissibilité avaient été mis à jour. Continuer la lecture

iStock - Photo à titre d'exemple seulement.

De l’argent pour un chauffe-eau solaire

Prenez le virage de l’habitation écologique et décidez-vous à acheter un chauffe-eau solaire. Nous avons un argument de taille pour vous: vous recevrez un crédit d’impôt du gouvernement du Québec dans le cadre du programme RénoVert.

Des conditions s’imposent pour l’installation d’un chauffe-eau solaire, mais elles sont peu contraignantes. Ne tardez pas car la durée du programme est de deux ans seulement.

Le fonctionnement d’un chauffe-solaire est relativement simple. Des capteurs de différents modèles installés sur le toit, côté sud donc plein soleil, transfèrent l’énergie solaire vers un chauffe-eau situé à côté du chauffe-eau classique par l’entremise d’un échangeur thermique et d’une pompe. Les deux chauffe-eau sont reliés.

Notez que le capteur solaire est parfois fixé au sol. Ou ce sont des panneaux solaires très minces installés sur le balcon. Au Québec, vu le climat, ces deux types de fixation sont à proscrire. Par contre, il a été question de fixer le capteur à la verticale sur un mur. Une évaluation d’Hydro-Québec en 2011 est présentée sur le site La Maison saine et écologique.

Vous vous demandez peut-être à quoi bon un deuxième chauffe-eau s’il ne remplace pas le premier? Continuer la lecture