Archives pour l'étiquette propriété

iStock

Vous l’aurez votre mise de fonds!

Lors d’une enquête de l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) en 2013 au sein des jeunes âgés de 18 à 39 ans, 70 % des répondants avaient affirmé que la mise de fonds initiale, réclamée par les prêteurs avant de pouvoir bénéficier d’un prêt hypothécaire, était le plus gros obstacle dans leurs démarches pour acquérir une propriété.

Il n’y a pas de solution miracle pour parvenir à constituer la mise de fonds requise. La stratégie se résume essentiellement à trois mots: aide familiale, travail, épargne.

Concernant l’épargne, ce sont souvent les petits gestes du quotidien qui, après plusieurs années, contribuent à la constitution de la mise de fonds. Les couples économes en savent quelque chose.

L’aventure de l’épargne au quotidien vous tente? Continuer la lecture

iStock

Vous avez échoué? Vous n’êtes pas seul

Malgré tous vos efforts et votre bonne volonté, vous ne parvenez pas à amasser l’argent pour l’achat de votre première maison, ou deuxième ou troisième, ou d’une copropriété ou d’un immeuble à revenu. Et cela dure depuis un certain nombre d’années.

Connaissez-vous la théorie du FailCamp? C’est très simple: l’échec fait partie intégrante du succès. Les deux vont de pair. Ils composent un même tout.

L’échec n’est pas un point d’arrivée, mais une étape vers le point d’arrivée. Pour employer le langage populaire, vous n’êtes pas au terminus si vous avez échoué. Il faut demeurer dans l’autobus et continuer. Continuer la lecture

La génération Y est exigeante

iStock
iStock

Connaissez-vous la devise de vie YOLO? Cela veut dire You only live once, ce qui se traduit en français par «On ne vit qu’une fois.» Il semblerait que la génération Y aurait fait sienne cette devise de vie et cela se reflète dans ses choix en matière d’achat de propriété.

Selon un sondage de la TD, les membres de la génération Y essaient d’éviter les compromis dans la mesure où ils vont faire beaucoup d’efforts pour obtenir ce qu’ils veulent. Et ils en tirent une grande fierté.

Voici les grandes lignes du sondage rapportées textuellement. Continuer la lecture

Elle brûle le champignon à la torche

Via Capitale vous a parlé en long et en large de la mérule pleureuse, ce champignon qui fait le cauchemar de plusieurs propriétaires au Québec depuis six ans.

Jeune mérule, photo de Verber 31 sur Wikipedia CC
Jeune mérule, photo de Verber 31 sur Wikipedia CC

Un journal de la région de Trois-Rivières, L’Hebdo Journal, annonçait à son lectorat la semaine dernière la mise sur pied par Québec d’un comité interministériel pour en apprendre davantage sur la mérule pleureuse, histoire de mieux aider les propriétaires qui en sont victimes. Via Capitale vous avait annoncé la formation de ce comité il y a six semaines, soit le 12 juillet dernier.

Ce qui est intéressant dans l’article de la journaliste Myriam Lortie, intitulé Lueur d’espoir pour le cancer du bâtiment, ce sont les témoignages de deux propriétaires qui nous racontent leurs cauchemars avec la mérule pleureuse qui ronge littéralement leurs propriétés. Ce à quoi s’ajoute une photo fournie par l’une des propriétaires. On apprend aussi que la mérule pleureuse, qui vient à peine de faire son entrée au Québec, est très répandu en Europe. Continuer la lecture

iStock

Des données précieuses pour le courtier

Parmi les jeunes de 18 à 34 ans, 46% projettent d’acheter une maison au cours des cinq prochaines années, 83% d’entre eux savent exactement ce qu’ils veulent, mais beaucoup d’entre eux n’auront pas les reins assez solides financièrement pour passer à l’action.

Pourquoi veulent-ils une maison? Pour une meilleure qualité de vie (60%), pour ne plus être locataire (58%) ou pour un investissement à long terme (50%).

Veulent-ils une maison existante ou neuve (premier occupant)? 59% choisissent la première option, 24% pour la deuxième. Une proportion de 17% se dit indécis.

Se préparent-ils à accumuler leurs mises de fonds? Continuer la lecture