Archives pour l'étiquette propriété

iStock

Comment négocier l’achat d’une propriété


« Il n’y a jamais qu’un seul prix. À chaque propriété sont associés un prix plancher et un prix plafond », résume Patrick Juanéda, président de la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ). D’un côté, le vendeur souhaite conclure une transaction en recevant le montant le plus près du prix plafond. De l’autre, l’acheteur désire débourser une somme se rapprochant du prix plancher. Deux solitudes inconciliables? Pas du tout. Il est tout à fait possible de trouver un terrain d’entente, et c’est ce que devrait faire une bonne négociation.

Cerner la bonne affaire

« Le prix est toujours négociable, dit M. Juanéda. On chiffre la marge de réduction moyenne entre 2 à 3 %. »

L’expert en immobilier insiste néanmoins sur le caractère unique de chaque situation : « Si une propriété est affichée au “bon prix” (près du prix plancher) et qu’elle est localisée dans un marché actif (celui des maisons unifamiliales autour de 300 000 $, par exemple), même une surenchère n’est pas impossible. Est-ce qu’on voudra perdre notre chance pour quelques milliers de dollars? »

Inversement, une propriété sur le marché depuis plus de six mois et autour de laquelle l’activité a été faible permettra une plus grande marge de manœuvre.

Identifier ces divers scénarios est donc la base de toute négociation. Un courtier immobilier qualifié a l’expérience et l’instinct pour guider un acheteur. Autrement, il faut avoir navigué dans les fiches de propriétés à vendre du secteur et en avoir visité plusieurs pour développer son flair. Continuer la lecture

iStock

Propriétaires, ayez le cerveau lent

L’élection surprise du géant de l’immobilier Donald Trump à titre de président américain a poussé plusieurs analystes et chercheurs à tenter de comprendre pourquoi le peuple américain ait pu élire un homme aussi radical.

L’une des conclusions est intéressante: Continuer la lecture

iStock

Comment acheter en groupe

Acheter une propriété à deux ou à plusieurs? C’est du domaine du possible. Mais l’expérience exige de la discipline.

Acheter une propriété conjointement avec un proche, que ce soit un ami ou un parent, représente souvent la solution idéale en ces temps où l’accès à la propriété semble vouloir se rétrécir comme une peau de chagrin. Les contraintes sont nombreuses: resserrement des règles hypothécaires, endettement record des ménages, difficultés à établir un budget.

La logique est mathématique. Plus on est plusieurs à contribuer financièrement, plus le fardeau financier de chacun est diminué. Par contre, comme dans n’importe quelle entreprise collective, il y a des risques. Il faut gérer un tas de choses: montant des contributions, distribution des tâches, tempérament de tous et de chacun.

Vaut mieux donc adopter un protocole non seulement pour parvenir au but ultime : l’achat d’une propriété, mais aussi pour que les relations entre toutes et tous ne soient pas trop égratignées.

Erica Nielsen, de l’institution bancaire RBC, vous offre des conseils afin de vous aider à faire de l’achat collectif un succès et non un gouffre à problèmes.

Nous vous les rapportons textuellement. Continuer la lecture

iStock

Vous l’aurez votre mise de fonds!

Lors d’une enquête de l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) en 2013 au sein des jeunes âgés de 18 à 39 ans, 70 % des répondants avaient affirmé que la mise de fonds initiale, réclamée par les prêteurs avant de pouvoir bénéficier d’un prêt hypothécaire, était le plus gros obstacle dans leurs démarches pour acquérir une propriété.

Il n’y a pas de solution miracle pour parvenir à constituer la mise de fonds requise. La stratégie se résume essentiellement à trois mots: aide familiale, travail, épargne.

Concernant l’épargne, ce sont souvent les petits gestes du quotidien qui, après plusieurs années, contribuent à la constitution de la mise de fonds. Les couples économes en savent quelque chose.

L’aventure de l’épargne au quotidien vous tente? Continuer la lecture

iStock

Vous avez échoué? Vous n’êtes pas seul

Malgré tous vos efforts et votre bonne volonté, vous ne parvenez pas à amasser l’argent pour l’achat de votre première maison, ou deuxième ou troisième, ou d’une copropriété ou d’un immeuble à revenu. Et cela dure depuis un certain nombre d’années.

Connaissez-vous la théorie du FailCamp? C’est très simple: l’échec fait partie intégrante du succès. Les deux vont de pair. Ils composent un même tout.

L’échec n’est pas un point d’arrivée, mais une étape vers le point d’arrivée. Pour employer le langage populaire, vous n’êtes pas au terminus si vous avez échoué. Il faut demeurer dans l’autobus et continuer. Continuer la lecture