Archives pour l'étiquette ornithologie

iStockphoto

Des visiteurs dans la cour

Dès les premières belles journées du printemps, chaudes de préférence, elle a poussé la porte arrière de sa maison, s’est assise sur les marches, a déposé son café et, peignoir sur le dos et gougounes aux pieds, elle a levé ses jumelles pour observer quelles espèces d’oiseaux venaient d’arriver du sud.

Depuis, elle épie les oiseaux du bois environnant tous les jours, publie régulièrement ses photos sur Facebook (oiseaux, plantes, fleurs, animaux, insectes), fait circuler des photos de collègues sur les réseaux sociaux, prête l’oreille pour identifier les oiseaux par leurs chants.

Ce sera comme ça jusqu’à l’automne. Et c’est comme ça depuis des années.

Je vous ai parlé d’elle l’an dernier. C’est une amie, habitant l’Estrie, celle qui s’est fait bâtir une maison à la campagne pour pouvoir observer les oiseaux à sa guise, sans le regard des voisins. Continuer la lecture

Sa cour était devenue un aéroport

Bien installée dans son solarium ou assise sur les marches extérieures, mon ancienne conjointe voit les oiseaux arriver du sud les uns après les autres. Venant du bois tout à côté, ils défilent dans sa cour. Ça gazouille, ça voltige, ça se chamaille.

iStockphoto LP
iStockphoto LP

Pour elle, c’est le retour à la vie après un hiver interminable. C’est une nouvelle tranche de son existence qui s’amorce. Cela se répète tous les printemps.

Nous sommes en avril, le meilleur moment de l’année pour identifier les oiseaux car les arbres sont nus. Alors, mon ancienne conjointe se dépêche. Elle passe beaucoup de temps à la fenêtre ou à l’extérieur.

Elle peut identifier la plupart des oiseaux qui se croisent dans sa cour et se précipitent sur les mangeoires. Sinon, elle fouille dans ses livres. Continuer la lecture

Sa cour était devenue un aéroport

Bien installée dans son solarium ou assise sur les marches extérieures, mon ancienne conjointe voit les oiseaux arriver du sud les uns après les autres. Venant du bois tout à côté, ils défilent dans sa cour. Ça gazouille, ça voltige, ça se chamaille.

iStockphoto LP
iStockphoto LP

Pour elle, c’est le retour à la vie après un hiver interminable. C’est une nouvelle tranche de son existence qui s’amorce. Cela se répète tous les printemps.

Nous sommes en avril, le meilleur moment de l’année pour identifier les oiseaux car les arbres sont nus. Alors, mon ancienne conjointe se dépêche. Elle passe beaucoup de temps à la fenêtre ou à l’extérieur.

Elle peut identifier la plupart des oiseaux qui se croisent dans sa cour et se précipitent sur les mangeoires. Sinon, elle fouille dans ses livres. Continuer la lecture

La Belle et le « truand-bruant »

Assise à l’ordi, j’entends[1] « tic, tic tic, tic tic tic ». Je lève la tête. Les oreilles aux aguets. Plus rien. Une heure après: « tic tic tic, tic tic tic ». Veux-tu ben m’dire d’où vient ce bruit? On dirait une goutte d’eau… Mais y pleut pas joualvert! Je sors de la maison. Je regarde partout. Pas de fuite d’eau. Rien. Je ne vois rien d’anormal. J’me réinstalle à l’ordi. « Tic tic tic, tic tic tic ». Continuer la lecture