Archives pour l'étiquette confiance

Un record des ventes pour 2018

Le marché immobilier va tellement bien que la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) entrevoit un record des ventes non seulement pour 2017, qui tire à sa fin, mais pour l’année 2018 alors que le marché devrait fracasser le plafond de verre, soit un nombre record de 85 000 transactions. Pour 2017, on prévoit 82 600 transactions.

iStock
iStock

Explications de Paul Cardinal, directeur du service Analyse du marché de la FCIQ : Continuer la lecture

Les Québécois prêts à acheter

Les Québécois sont les plus nombreux parmi les Canadiens à croire que la situation économique actuelle favorise l’achat d’un bien important, comme une propriété ou un véhicule. Ce sentiment de confiance est à la hausse depuis le début de 2015.

iStock
iStock

Les statistiques montrent que le pourcentage de confiance se situait à 35,9% en 2015. Depuis le début de 2017, le pourcentage a atteint et même dépassé la barre des 40%. Continuer la lecture

iStockphoto

Méfiance face aux entrepreneurs

Plus de la moitié des Québécois et des Québécoises ne feraient pas confiance aux entrepreneurs en rénovation. Cette donnée est tirée d’un sondage Léger réalisé entre le 25 et 27 mai dernier, auprès de 485 répondants âgés de 25 ans et plus et ayant un revenu familial brut de 60 000 $ et plus.

Pour être plus précis, 55 % des répondants disent se méfier des entrepreneurs en réno, pourcentage qui grimpe à presque deux répondants sur trois chez les hommes.

Les données qui suivent étonnent. Continuer la lecture

Et si je me trompais?

Il y a de ces aspirants propriétaires qui tournent en rond durant des années. Achète, achète pas? Ils visitent un tas de maisons (plex ou copropriété) sans jamais se décider. Certaines leur plaisent, beaucoup même, mais ils leur tournent le dos au dernier moment.

iStockphoto
iStockphoto

Excès de prudence? Manque de confiance en ses moyens? Peur de payer trop cher? Trop d’histoires d’horreurs entendues? Trop frileux pour faire face à l’hypothèque? Budget trop serré? Peur de la maladie? Tous ces motifs sont humains.

Par contre, ils se font irrationnels lorsque le budget, s’il est bien géré, permet une transition sans heurts de l’état de locataire à celui de propriétaire. L’argent est là, mais l’aspirant propriétaire repousse continuellement en avant la décision finale. Au bout du compte, le rêve de sa vie risque de lui échapper. Continuer la lecture