La maison de la survie et de la liberté

Les gens franchissaient la porte de la maison avec un espoir gros comme la terre : celui de survivre.

Sarajevo musée de la maison du tunnel. Photo Baumi (Wikipedia)

Ils empruntaient l’escalier qui menait au sous-sol, s’engageaient dans un long tunnel sombre qui débouchait près d’une montagne et, avec un peu de chance, ils réussissaient à s’échapper. Nous écrivons « avec  un peu  de chance » car, au bout du tunnel, les attendaient des obus ou des tireurs d’élite.

Combien de gens ont pu s’échapper par cette maison? Nous l’ignorons. Ils étaient des milliers, certainement, car le tunnel  est resté ouvert de 1993 à 1995.

La maison et le tunnel se trouvent à Sarajevo dont on vient de souligner le 20e anniversaire du début du siège qui aura duré quatre ans. D’avril 1992 à février  1996, les Serbes installés sur les montagnes entourant la ville ont tué quelque 10 000 civils dont 1500 enfants. Sans compter le début de famine, l’absence de médicaments, d’électricité et d’eaux courantes.

Selon Wikipedia, « les rapports indiquent une moyenne d’environ 329 impacts d’obus par jour pendant le siège, avec un record de 3 777 impacts d’obus pour le 22 juillet 1993. »

Sarajevo. Entrée du tunnel. Photo Val69f (Wikipedia)

Les habitants de Sarajevo ne pouvaient s’échapper car la ville se trouve au fond d’une vallée très étroite, entourée de massifs montagneux peuplés de tireurs d’élite, de chars d’assaut et autres armements.

À toute heure du jour et de la nuit, un obus ou la balle d’un tireur d’élite  pouvaient s’abattre sur  les habitants. Aller faire ses emplettes, aller voir un ami, aller chercher de l’eau devenait un risque calculé..

Sarajevo_intérieur du tunnel. Photo Baumi Wikipedia

La maison sous laquelle partait le tunnel est donc devenue l’ultime porte de sortie. Combien de gens se sont arrêtés devant la façade en se demandant : « J’y vais ou j’y vais pas? » en étant conscients qu’ils devaient marcher dans  un tunnel de 3000 pieds de long, de cinq pieds de hauteur et de trois pieds de largeur!
La maison et le tunnel permirent aussi aux habitants de Sarajevo de survivre en ce sens que vivres, médicaments, munitions et combattants , en empruntant le chemin inverse, étaient acheminés vers la ville à partir de l’extérieur. Dans le plus grand des secrets, du moins au début. Car lorsque les Serbes ont appris l’existence du tunnel et de la maison, ils essayèrent de les démolir, soit en les bombardant, soit en inondant le tunnel.

Observez-bien la photo de la maison ci-haut et vous verrez les impacts d’obus sur la façade.

Bref, la maison a permis aux habitants de Sarajevo de survivre durant ce long siège qui n’en finissait plus. Et de garder contact avec le reste du monde.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone