Résidence dans un centre commercial

Beaucoup de boomers et de membres de la génération X supportent difficilement que certaines résidences pour personnes âgées, qu’habitent leur père ou leur mère ou les deux, ressemblent à des mouroirs. Un projet pilote s’annonce à Québec: implanter une résidence dans un centre commercial.

iStock
iStock

Dans l’édition du 21 avril 2018 du magazine Les Affaires, la journaliste Claudine Hébert consacre un reportage à plusieurs volets aux résidences pour personnes âgées. Un vent de fraîcheur s’élèverait actuellement, semble-t-il. On cherche à insuffler davantage de vie dans les résidences en les mixant avec des espaces de vie animés, un centre commercial notamment.

Le projet pilote se déroulera dans le Mail Cap-Rouge, en banlieue de Québec. Selon Mme Hébert, le centre commercial était vacant dans une proportion de 50%. Le complexe devrait être prêt en juillet 2019. La structure: 364 unités réparties sur cinq étages, à quoi s’ajouteront 36 logements haut de gamme.

L’animation des milieux de vie des personnes âgées est une préoccupation majeure en Occident. Aux Pays-Bas, des étudiants s’installent dans les résidences. Ils ne paient aucun loyer, mais donnent 30 heures de leur temps par mois aux bénéficiaires. Ils échangent avec eux, jouent à des jeux de société, les accompagnent au centre commercial ou font les emplettes pour les bénéficiaires qui ne peuvent sortir.

Il est vrai que la plupart des gens préfèrent, de loin, vieillir à domicile. Un sondage tenu par l’Association des ressources intermédiaires d’hébergement du Québec révélait que 69 % des répondants optaient pour le domicile comme premier choix d’environnement advenant une perte d’autonomie. Cela confirme la volonté des retraités, démontrée par de nombreux sondages, de demeurer à la maison le plus longtemps possible.

Les constructeurs de résidences n’ont pas le choix de s’adapter. D’ailleurs, la Société canadienne d’hypothèque et de logement faisait remarquer dans l’un de ses rapports que «les Canadiens qui prennent actuellement leur retraite sont généralement mieux instruits, plus actifs et en meilleure santé que les retraités des générations précédentes. Les aînés du Canada exigent par conséquent des services, des programmes et des commodités plus diversifiés qui leur procurent une meilleure autonomie aux hommes et aux femmes.»

Résultat : les complexes ressemblent de plus en plus à de véritables hôtels dotés d’appartements spacieux.

Photo : iStock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page