Un record des ventes pour 2018

Le marché immobilier va tellement bien que la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) entrevoit un record des ventes non seulement pour 2017, qui tire à sa fin, mais pour l’année 2018 alors que le marché devrait fracasser le plafond de verre, soit un nombre record de 85 000 transactions. Pour 2017, on prévoit 82 600 transactions.

iStock
iStock

Explications de Paul Cardinal, directeur du service Analyse du marché de la FCIQ : « Malgré le relèvement anticipé des taux d’intérêt et un autre resserrement des règles hypothécaires, cette fois pour les prêts hypothécaires dont le ratio prêt-valeur est inférieur à 80 %, la demande d’habitations sera forte, stimulée par la création d’emplois, la migration et la confiance des consommateurs.»

Toute l’Amérique connaît une croissance économique exceptionnelle. Les médias nous le rappellent mois après mois. M. Cardinal évoque le chiffre de 150 000 emplois créés au Québec dans les 24 derniers mois. La dernière fois que le taux de chômage a été aussi bas au Québec, c’est à l’époque des Jeux olympiques de 1976 alors que le secteur de la construction était en pleine ébullition.

Autre donnée économique importante: les consommateurs québécois ont confiance en l’avenir. Le taux observé n’a pas été vu depuis 15 ans, rappelle M. Cardinal. Cela veut dire que les Québécois se disent prêts à investir des sommes importantes.

Ne pas oublier l’arrivée massive des immigrants et des immigrantes qui chercheront à se loger dans les prochains mois. Selon les données du gouvernement du Québec, les trois principaux groupes d’immigrants pour 2017 sont, dans l’ordre, les Syriens, les Chinois et les Français.

Autres données de la FCIQ rapportées intégralement.

-En ce qui a trait au prix médian des unifamiliales, dont la hausse s’établira à 4 % en 2017, la FCIQ prévoit une progression de 3 % en 2018, de sorte que ce prix atteindra 251 000 $ en 2018.

-La FCIQ prévoit une autre hausse des taux hypothécaires à 5 ans consentis par les principales institutions financières canadiennes, qui pourrait atteindre de 0,25 % à 0,50 % d’ici la fin de 2018.

La FCIQ prévoit que l’activité sur le marché immobilier résidentiel augmentera plus fortement dans la région métropolitaine de Montréal que dans le reste de la province, à l’instar de ce qui se produit cette année. En 2017, la métropole est en voie d’enregistrer une croissance des ventes de 8 %, et en 2018, la hausse attendue est de l’ordre de 5 %.

-Au chapitre des prix, la croissance sera plus forte à Montréal également, car il s’agit de la région où les conditions du marché sont les plus serrées de la province : l’avantage est aux vendeurs pour l’unifamiliale et le plex, tandis que les conditions sont équilibrées pour la copropriété. Cela se traduit par une pression à la hausse sur les prix et une accélération des délais de vente.

Un dernier mot de M. Cardinal : « Pour la première fois de l’histoire, on devrait passer la barre des 45 000 ventes dans la métropole. Le segment des copropriétés sera particulièrement dynamique.»

Photo : istock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page