Matériaux et meubles faits au Québec

Le transport est le principal agent de détérioration de l’environnement avec ses millions de tonnes de gaz à effet de serre (GES) qu’il émet chaque année.

iStock
iStock

L’un des moyens de le contrer dans le domaine de l’habitation, c’est d’acheter local. Justement, nous avons deux adresses.

Dès le printemps 2019, des milliers d’articles de quincaillerie et de matériaux de construction afficheront le label Bien fait ici / Well Made Here. Les enseignes participantes sont :

Ace, BMR, Castle, Home Hardware, Lowe’s Canada, Patrick Morin, Réno Dépôt, RONA, TimberMart et Unimat.

Richard Darveau, président et chef de la direction de l’Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction du Québec (AQMAT), est à l’origine du programme. Il nous explique le pourquoi de l’initiative : « Lorsqu’il est question de matériaux et d’articles de quincaillerie, le propriétaire résidentiel souhaite trouver ce qu’il y a de mieux, à la condition que le prix lui semble justifié. Or, comment comparer équitablement deux produits semblables dont le prix présente parfois de grands écarts? »

Pour établir un lien de confiance avec le consommateur, le programme Bien fait ici / Well Made Here oblige les fabricants à fournir davantage d’informations: lieu de fabrication, provenance des composants, mode d’emploi, limitations à leur usage, garantie, homologations et conformités par rapport à divers codes et normes, etc.

Un article ou un matériau est « bien fait ici » si 51 % des coûts directs de la fabrication (matériaux et main-d’œuvre) ont été engagés auCanada dans les étapes suivantes: production, assemblage et conditionnement. Cela ne comprend ni les frais généraux, ni la recherche et le développement, ni le design et le transport.

Parallèlement à l’initiative de l’AQMAT, l’Association des fabricants de meubles du Québec (AFMQ) procédait au lancement de la signature Meuble du Québec. Le site Web  qui fait sa promotion offre aux consommateurs la possibilité d’effectuer des recherches par produit et par fabricant.

Pierre Richard, président-directeur général de l’AFMQ, explique : « L’AFMQ a constaté une demande grandissante chez les Québécois pour l’achat de meubles faits au Québec, mais également une difficulté pour les consommateurs à les trouver en magasin. Nous avons donc lancé la signature Meuble du Québec, afin de fournir un repère incontournable pour les Québécois et de favoriser le développement d’un réflexe d’achat local pour ces biens de consommation qui sont au cœur de notre quotidien. »

L’AFMQ rappelle que les fabricants québécois offrent souvent la possibilité de personnaliser le meuble à travers les différents finis, les essences de bois, les tissus, les couleurs et les matériaux.

Déclaration de Theodore Homa, directeur général de G. Romano : « Les consommateurs québécois sont de plus en plus exigeants quant à la protection de l’environnement et cela oblige les fabricants d’ici à adopter un  »virage vert ». Dès la conception des produits, nous devons penser à l’économie d’énergie, au choix des matériaux, à la réduction du gaspillage et la limitation des déchets. Ce souci va jusqu’au choix des solvants et des produits de finition. Certains optent maintenant pour des  »tissus bios » certifiés, par exemple. Évidemment, c’est la fabrication de meubles non seulement beaux, mais durables qui est fondamentalement le meilleur choix pour l’environnement. »

Plus de détails ici.

Photo : iStock.com