Voyez-vous un crâne dans la façade?

Étonnantes les photos n’est-ce pas! Vous avez la maison le jour et la maison la nuit. Ci-dessus, le haut de la façade. Qu’on aime ou pas, le look accroche.

Récemment, trois personnes de mon entourage ont fait un saut à Barcelone lors d’un voyage en Europe. Séparément, je précise. Au retour, le jugement était unanime : Barcelone avait été le clou de leur voyage. Les trois se promettaient d’y retourner un jour. Pourquoi ? Il y avait les gens, il y avait l’ambiance, il y avait la mer. Et il y avait Antoni Gaudi !

« Si tu vas à Barcelone un jour, m’ont-elles dit les trois, tu n’as pas le droit de passer à côté de Gaudi ! » Je suis un néophyte en architecture mais j’avoue que cet étrange immeuble m’hypnotise.

L’immeuble ci-dessus est la Casa Batllo. À Barcelone, on l’appelle la Casa de los huesos, ce qui se traduit par « la maison de os ». C’est que les gens là-bas voient dans la façade un squelette qui s’agite au soleil. Les colonnes du premier étage forment le corps et les membres inférieurs du squelette. Les balcons sont comme des crânes et les ouvertures dans les balcons servent de trous pour le nez et les yeux. Si vous n’avez pas une once d’imagination, vous n’avez aucune chance d’y parvenir. Mais les plus imaginatifs d’entre vous vont certainement crier : « Eureka! »

Tiens, approchez vos enfants de l’écran un moment et demandez-leur ce qu’ils voient dans les balcons. Je serais curieux d’entendre leurs réponses.

Comme la photo est statique, on voit le squelette immobile. Mais sous la lumière du soleil, on dit que la façade ondule comme une feuille de papier sous la brise. La mosaïque de verre et de céramique serait à l’origine du phénomène.

D’autres voient des masques vénitiens dans les balcons et des troncs d’arbre à la base des colonnes. Côté imagination, c’est buffet ouvert. Tout le monde se sert.  

Selon les spécialistes de Wikipedia, la vérité appartient au mystique. Si l’on observe la façade, nous sommes censés voir un homme tuant un dragon. Écoutons Wikipedia : « D’une manière générale, la maison présente sur sa façade polychrome et ondulante une allégorie de saint Georges tuant le dragon. Le toit fait penser au dos arqué d’un dragon et les tuiles en céramique qui le recouvrent à ses écailles (à l’intérieur d’ailleurs il y a un escalier en bois qui rappelle étrangement une colonne vertébrale, qui pourrait appartenir au supposé dragon). L’immeuble est surmonté d’une tour avec la croix de quatre bras typique de Gaudí. »

Ce que vous avez sous les yeux est un chef-d’œuvre de rénovation. C’est un habitant de Barcelone qui avait demandé à Gaudi de refaire sa maison. L’architecte s’est exécuté…en outrepassant certaines normes municipales.

La maison est classée historique par l’UNESCO.

Je vous reviens demain avec le « Part Two » de l’histoire et d’autres photos.

(Photo de nuit : Tato Grasso pour Wikipedia)   

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone