iStock

Vendre? Non, c’est trop cher!

Selon un sondage de la Banque CIBC, nombreux sont les Canadiens qui se disent prêts à vendre leurs maisons pour en acheter une autre. Le problème, c’est que le prix à l’achat est trop élevé. Que faire?

Voici les principales conclusions du sondage rapportées intégralement:

  • 41 % des propriétaires canadiens qui planifient vendre affirment qu’ils sont plus portés « à vendre afin d’empocher un profit ».
  • 62 % de ceux qui planifient vendre soutiennent qu’ils « hésitent à vendre » leur propriété actuelle en raison du prix élevé de l’achat d’une autre propriété.
  • 54 % de tous les Canadiens interrogés s’attendent à ce que les prix des habitations continuent d’augmenter, et 40 % pensent qu’ils vont fléchir dans les cinq prochaines années.
  • 73 % des propriétaires vont vendre leur propriété un jour, dont 25 % planifient la vendre dans les cinq prochaines années.
  • Près de la moitié (48 %) des propriétaires qui planifient vendre craignent que les taxes gouvernementales et les changements de politique abaissent les prix des habitations, et 28 % croient que la location constitue une « meilleure option » compte tenu des prix actuels des maisons.
iStock
iStock

Un pourcentage de 67 % des boomers interrogés (55 ans et plus) désirant vendre leurs résidences hésitent à le faire à cause du prix élevé des propriétés. Pourtant, ils voudraient bien acquérir une résidence plus petite ou une copropriété afin d’augmenter leur capital de retraité ou de profiter des prix élevés des habitations.

Du côté des millénaires, ou si vous préférez la génération Y (18 à 34 ans), aussi étrange que cela puisse paraître, 81% des membres de cette génération possédant une propriété veulent vendre. La raison? Ils sont craintifs comme le montrent les conclusions suivantes :

  • 63 % affirment qu’ils manquent de liquidités en raison du montant du prêt hypothécaire et des coûts de logement.
  • 57 % ont peur que l’augmentation des taux d’intérêt affaiblisse leur capacité à assumer leurs versements hypothécaires.
  • 36 % ont l’impression que la location constitue la « meilleure option ».

Fait paradoxal : 43% des milléniaux voulant vendre ont en vue une maison encore plus grande.

Le sondage indique que 39% des membres de cette génération sont déjà propriétaires. Parmi les non propriétaires,  23 % croient qu’ils ne posséderont jamais de maison et 29% entretiennent un gros doute.

Si vous planifiez de vendre votre propriété, CIBC vous fournit les conseils suivants.

  1. N’essayez pas d’anticiper sur les mouvements des marchés.
  2. Estimez les dépenses que représente la vente de votre propriété.
  3. Faites une estimation des coûts associés à la vente de votre maison, comme les honoraires immobiliers et les frais juridiques.
  4. Tentez de vendre au prix le plus fort en effectuant les réparations nécessaires et en veillant à ce que l’espace ne soit pas encombré.
  5. Parlez à un expert en services financiers et ayez un plan pour investir les profits de la vente.

Cela étant dit, retenez que ce sondage est pancanadien. Les prix sont beaucoup plus élevés dans des marchés comme Vancouver, Calgary et Toronto qu’à Montréal.

Photo: iStock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone