Votre terrain est-il radioactif?

iStockphoto
iStockphoto

Santé Canada nous apprend que le radon est la deuxième cause du cancer du poumon au pays, après le tabagisme, soit dans une proportion de 16%.

Selon Wikipedia: «Le radon serait responsable d’environ 2000 morts par cancer du poumon chaque année au Royaume-Uni (6% du total), seconde cause de ce cancer après le tabagisme. Environ 90% des cancers radio-induits lui seraient dus, le tabagisme y prédisposant fortement cependant.»

Selon l’Organisation mondiale de la santé: «Des études menées en Europe, en Amérique du Nord et en Chine ont confirmé que des concentrations plus faibles – telles que celles que l’on trouve dans les habitations – présentent aussi un risque pour la santé et jouent un rôle important dans l’apparition de cancers pulmonaires partout dans le monde.»

Wikipedia décrit le radon comme un gaz radioactif. L’un de ses isotopes est utilisé en radiothérapie. «Son intense radioactivité a entravé son étude chimique approfondie, et seuls quelques-uns de ses composés sont bien connus», peut-on lire sur le site.

Le radon se trouve partout. Dans l’air comme dans la terre. Mais on ne le voit pas. On ne le sent pas non plus. C’est un gaz sournois qui émerge des roches et du sol. Et les immeubles peuvent parfois l’aspirer, comme l’affirme Wikipedia: «Les activités humaines (mines et combustion du charbon, certaines sécheresses induites par l’homme) peuvent augmenter la libération de radon, et les constructions humaines peuvent l’aspirer et lui permettre de stagner localement, conduisant à des concentrations importantes. Une bonne ventilation est alors nécessaire.» Plus loin on peut lire: «Les nappes d’eaux souterraines, en contact direct avec les roches où le radon est produit, sont plus chargées en radon que les eaux de surface.»

Autrement dit, le radon s’élève et pénètre dans les maisons par toutes les crevasses et fentes possibles et imaginables, surtout si le sol est très perméable et qu’il renferme une certaine quantité d’uranium ou de ses dérivés.

C’est pourquoi il faut ventiler l’intérieur de nos maisons le plus souvent possible et boucher les ouvertures au niveau du sol, comme l’explique Wikipedia: «Le flux naturel de radon peut se retrouver plus concentré dans les espaces clos et notamment dans les maisons, dans les caves mal ventilées, à cause de la désintégration du radium, qui vient lui de la désintégration de l’uranium naturellement présent dans les briques et les roches du sol. Le radon étant à durée de vie courte, il n’a pas le temps en quelques jours de diffuser à travers un matériau continu (sol compact, mur ou dalle sanitaire). Il ne peut pénétrer en quantité significative dans des bâtiments qu’à travers des solutions de continuité le long desquelles le gaz peut migrer rapidement : failles dans le sol, fissures dans les dalles. Une fois sur place, le radon reste dans les lieux quand ils sont mal ventilés.»

Cela dit, il faut éviter de paniquer car la répartition géographique du radon est. Et son degré de concentration diffère d’une pièce à l’autre à l’intérieur d’une seule et même maison.

Par contre, vous pouvez jouer la carte de la prévention en vous rendant chez le quincaillier le plus proche pour acheter un détecteur de radon, qui est en fait une trousse d’analyse. Il est disponible en ligne également.

Santé Canada recommande de faire le test de détection sur une période de trois mois. Idéalement à partir de l’automne car les fenêtres sont censées être fermées.
Je vous encourage à consulter le site web de Santé Canada. Vous y trouverez tout un complément d’informations.

Sources : Wikipedia – Radon (article en français) ; Santé Canada

Photo : iStockphoto LP

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone