Oui, ce sont des bibliothèques

La première est près de chez nous. C’est la John P. Robarts Research Library, située sur le campus de la Toronto University. On lui a collé un surnom qui lui va à merveille: la Fort Book, que l’on traduira librement par «forteresse du livre».

iStockphoto
Toronto University Robarts library. Photo: iStockphoto

La tour massive qui se dresse devant la façade principale ressemble drôlement à un pilier de défense. De plus, l’utilisation du béton comme premier matériau augmente l’effet de masse. L’édifice a servi de site de tournage à titre de prison, d’espace infesté de zombies et de lieu de passage d’extra-terrestres.

Un bémol par contre: remarquez les nombreuses lignes verticales qui entraînent le regard vers le haut. Les fenêtres étant également verticales, cela fait dire à une référence de Wikipedia que c’est comme si l’immeuble voulait arracher les étudiants et autres visiteurs du vacarme au sol pour les projeter vers un espace où règne le pouvoir mystérieux et étrange des mots (traduction libre).

Restons dans l’étrange et le mystérieux. Avez-vous lu Au nom de la rose d’Umberto Eco? Ce livre est un classique parmi les romans policiers. Eco a écrit une grande partie de l’histoire dans cet immeuble. Selon Wikipedia, il s’en serait inspiré pour décrire la bibliothèque secrète qui se trouve dans son roman.

Bibliothèque Université San Diego Geisel, Wikipedia Ben Lunsford
Bibliothèque Université San Diego Geisel, Wikipedia Ben Lunsford

La Geisel Library  à San Diego ne cède pas sa place. Construite sur des piliers de béton ressemblant vaguement à des pilotis, la bibliothèque affiche une forme parfaitement décroissante, du sommet jusqu’à la base. Les architectes voulaient-ils, eux aussi, isoler les usagers de la bibliothèque dans un espace surélevé où règne le pouvoir mystérieux et étrange des mots?

Tout comme la John P. Robarts Research Library, la Geisel Library a été bâtie durant la vague du Brutalisme. La place Bonaventure et Expo Habitat 67 à Montréal, le complexe G à Québec et l’aile Huard du Cégep de Chicoutimi sont considérés comme des édifices québécois appartenant au Brutalisme.

Détrompez-vous: il n’y a aucun rapport avec le mot «brute». Selon Wikipedia, le mot dérive plutôt de l’expression française béton brut.

En vogue du début des années 50 au milieu des années 70, le Brutalisme offrait aux architectes, aux administrations municipales et aux universités la possibilité de construire des édifices d’importance à un coût réduit, le béton étant un matériau peu coûteux. De plus, les architectes conservaient leur marge de manœuvre en termes de création puisque le béton était vu comme un matériau souple, en plus de symboliser la force et la solidité.

Bibliothèque Université Freie Berlin Philologischel, Wikipedia Torinberl
Bibliothèque Université Freie Berlin Philologischel, Wikipedia Torinberl

Laissons le Brutalisme pour des bibliothèques plus récentes. La Philological Library à Berlin frappe par son aspect futuriste. Non, il ne s’agit pas d’un vaisseau spatial. L’équipe d’architectes avait jeté son dévolu sur l’organe auquel sont destinés les milliers de livres que la bibliothèque renferme: le cerveau humain.

Le dernier édifice qu’on vous a réservé n’est pas vraiment une bibliothèque en soi, mais il mérite une mention.

Situé à Jérusalem, le Shrine of Book semble bien petit et bien anodin. Mais sous ce dôme blanc se cachent les livres parmi les plus précieux du monde. Il s’agit des manuscrits de la mer Morte.

iStockphoto
Shrine of Book. Photo: iStockphoto

Ce sont des parchemins et des fragments de papyrus découverts au départ par un berger dans une série d’onze grottes, entre 1947 et 1956. Certains des rouleaux datent de 300 ans avant Jésus-Christ. Un trésor inestimable pour la science biblique.

 

Références:
Wikipedia anglais à l’article: John P. Robarts Research Library
Wikipedia anglais à l’article: Geisel Library
Wikipedia anglais à l’article: Brutalist Architecture
Wikipedia français à l’article: Le sanctuaire du livre
Wikipedia français à l’article: Manuscrits de la mer Morte

 

 

Photos :

  • iStockphoto (Shrine of Book et Toronto University Robarts library)
  • Bibliothèque Université San Diego, Wikipedia cc Attribution-Share alike Ben Lunsford
  • Photo Bibliothèque Université Freie Berlin philologishe, Wikipedia cc Attribution-Share alike Wikipedia Torinberl
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone