iStock

Marges de crédit hypothécaires, danger!

L’Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC) craint que les Canadiens, qui font déjà face à un niveau d’endettement record, ne s’endettent davantage avec les marges de crédit hypothécaires (MCH) en multipliant les emprunts.

Selon l’agence, les prêteurs hypothécaires ont tendance à accorder davantage de prêts aux consommateurs sur la valeur nette de leur maison, une forme de combinaison entre les MCH et les hypothèques à échéance fixe.

L’agence recommande aux Canadiens de tenter de comprendre davantage ce type de prêt avant de s’y engager, de s’informer sur les frais, les modalités et les risque inhérents. La décision d’acquérir une propriété à l’aide d’un prêt sur la valeur nette ne doit pas être prise à la légère, estime l’agence.

L’agence reconnaît les aspects positifs des MCH combinés à des prêts sur la valeur nette de la propriété : taux d’intérêt faible, accès pratique à des fonds, modalités de remboursement flexibles. Par contre, elle conseille aux consommateurs de bien comprendre toutes les conséquences.

«Les MCH permettent de ne rembourser que les intérêts, ce qui peut amener les propriétaires de maison à s’endetter pour de plus longues périodes. De plus, elles peuvent inciter les consommateurs à s’endetter davantage, ce qui pourrait avoir pour résultat de coincer les ménages canadiens, au moment où leur dette atteint un niveau record», lit-on dans le communiqué de presse.

L’agence fournit régulièrement de l’information aux consommateurs sur son site Web quant à «la complexité de financer l’achat d’une maison à l’aide d’un prêt sur la valeur nette ou à utiliser les fonds d’une MCH pour débloquer l’accession à la propriété».

Voici des faits inquiétants rapportés par l’agence.

  • Les banques ont informé l’ACFC que le prêt sur la valeur nette est maintenant l’option par défaut offerte aux consommateurs solvables qui détiennent une hypothèque dont la mise de fonds équivaut à au moins 20 %.
  • En 2016, sur les quelque trois millions de comptes de MCH, 80 % étaient des prêts sur valeur nette.
  • Le nombre de ménages ayant une marge de crédit hypothécaire et une hypothèque garantie par leur maison a augmenté de près de 40 % depuis 2011.
  • 40 % des consommateurs ne font pas de paiements réguliers pour rembourser le capital de leur MCH.
  • 25 % des consommateurs ne paient que les intérêts ou le minimum.
  • La majorité des consommateurs ne remboursent pas la totalité de leur MCH avant la vente de leur maison.

Déclaration de Lucie Tedesco, commissaire à l’agence: « Les MCH peuvent amener les Canadiens à utiliser leur maison comme un guichet automatique, ce qui peut les inciter à emprunter plus que leurs moyens le permettent. Les consommateurs très endettés sont plus vulnérables en cas d’imprévus ou de choc économique».

Pour en savoir davantage, consultez le site de l’agence où se trouve beaucoup d’informations sur le concept des marges de crédit hypothécaires.

Photo: iStock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page