Les huit maisons d’Agatha Christie

iStockphoto
iStockphoto

On dit qu’elle est l’auteur le plus lu dans le monde, tout genre confondu. Donc, nombreux parmi vous doivent être les admirateurs et admiratrices de celle qui a créé les détectives Hercule Poirot et Miss Marple. Savez-vous qu’Agatha Christie nourrissait une passion folle pour les maisons?

À un moment de sa vie, elle était à la tête de huit résidences. Elle achetait des maisons délabrées à Londres, les retapait et les revendait, meubles inclus. Parfois, elle les louait ou les habitait avec son second mari.

Plus d’une fois elle a vu des maisons se construire dans sa tête si elle croisait un site idéal durant ses nombreux voyages.

Enfant, elle s’amusait à «construire des maisons avec des serviettes de bain drapées sur des chaises et des tables pour constituer des résidences dont nous émergions à quatre pattes», écrit-elle dans son autobiographie.

La petite Agatha adorait sa maison de poupée. Elle acheta tant de meubles qu’elle réclama une deuxième maison. Sa mère lui offrit un placard en guise de pièce d’agrandissement. Agatha plaça la première maison sous le placard, ce qui donna une résidence à six étages. Une fois par semaine, les personnages habitant la maison étaient appelés à déménager. Agatha adorait les déménagements.

Elle a vécu en appartement avec son premier mari. Elle a connu les affres de la pénurie de logement et des loyers trop élevés. Elle a passé un temps fou à éplucher les petites annonces dans les journaux.

Elle a connu la vie en banlieue, puis ce fut l’achat de la première maison. Il a fallu magasiner. Une corvée, vous dites? Pas du tout. La recherche d’une maison était l’un de ses passe-temps préférés.

Agatha a vécu des émotions fortes avec ses maisons. Il y a eu la douleur de revenir en appartement après avoir été abandonnée par son mari, puis celle de voir l’une de ses maisons être l’objet d’une réquisition par la marine américaine durant la Deuxième Guerre mondiale.

Elle a vécu intensément les bombardements sur Londres. Ce fut la course pour trouver un endroit où mettre les meubles à l’abri. Et se mettre elle-même à l’abri. Elle a vu l’une de ses maisons se faire souffler par une bombe. Une autre a été prêtée à des réfugiés.

Achetée juste avant la guerre, Greenway House reste sa résidence la plus connue. C’est une maison de style Georgien – d’autres disent Tudor – datant de 1790 qu’elle a obtenue pour une bouchée de pain. Agatha l’a rénovée presque en entier.

Greenway House d’Agatha Christie. Photo: Wikipedia Creative Commons Attribution Share-Alike par MilborneOne
Greenway House d’Agatha Christie. Photo: Wikipedia Creative Commons Attribution Share-Alike par MilborneOne

De toutes les maisons qu’elle a habitées, la maison de son enfance est sa préférée. Elle n’existe plus aujourd’hui. «En regardant en arrière, j’ai le sentiment que notre maison était vraiment la maison du bonheur», écrit-elle. Elle était située dans la campagne du Devon, à Torquay près de la mer.

Ce n’était jamais à Greenway House que la romancière rêvait durant ses vieux jours, mais à la maison de son enfance. Un jour que la famille voulut vendre la maison pour surmonter des difficultés financières, Agatha et sa sœur s’y opposèrent si catégoriquement que leur mère changea d’idée.

Le mot de la fin appartient à Agatha: «J’ai habité d’innombrables maisons, j’en ai acheté, j’ai fait des échanges, j’ai meublé et décoré des appartements, j’ai opéré des changements importants dans diverses demeures. Dieu bénisse les maisons!»

Il faut lire l’autobiographie pour en savoir davantage sur la passion d’Agatha pour l’immobilier. Et vous apprendrez un tas de choses sur la création de ses héros et de ses histoires, la campagne anglaise, la vie quotidienne des Britanniques, l’époque victorienne, l’archéologie, la vie sous les bombes, les débuts d’une écrivaine, ses difficultés conjugales.

 

Références:
Agatha Christie, autobiographie, éditions Libre expression, 1981, 536 pages
Wikipedia anglais à l’article Agatha Christie

Photos : iStockphoto et Wikipedia Creative Commons Attribution Share-Alike par MilborneOne pour Greenway House d’Agatha Christie

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone