Les erreurs fréquentes des premiers acheteurs

Vous magasinez votre première maison et espérez trouver votre coup de cœur ? Arrêtez-vous et prenez connaissance des erreurs fréquentes des premiers acheteurs pour ne pas vous faire prendre au piège vous aussi.

Ne pas voir à long terme

Votre famille va s’agrandir et vos besoins vont changer. Établissez clairement vos besoins en pensant à long terme. Un déménagement coûte cher. L’idéal est d’éviter de déménager trop souvent.

Avoir un budget trop sommaire

L’achat d’une première maison nécessite de faire un budget exhaustif qui tient compte de tous les frais liés à cette importante transaction. Vous devez prévoir, entre autres, les frais suivants : inspection, notaire, déménagement, aménagement (peinture, décoration, accessoires, etc.), meubles et équipements, droits de mutation, taxes scolaires et municipales, assurances, entretien, etc.

iStockphoto
iStockphoto

Se laisser charmer par la décoration

Trop souvent, les premiers acheteurs se laissent charmer par l’aspect cosmétique de la propriété. Certes, la mise en valeur d’une propriété, mieux connue sous l’appellation anglaise Home Staging, permet d’apprécier davantage les lieux. Cette mise en valeur améliore en effet l’aspect général de la propriété et teinte positivement la première impression des visiteurs. Par contre, ce qui ne devrait pas vous distraire, ce sont les meubles ou la décoration. Vous devez évaluer le potentiel de la propriété de façon objective, sans quoi vous pourriez passer à côté d’une occasion intéressante pour vous.

Sous-estimer l’ampleur des travaux

Il arrive qu’une propriété corresponde en tous points à vos besoins moyennant quelques menus travaux. Mais êtes-vous certain d’avoir bien évalué l’ampleur de ces travaux? Les premiers acheteurs ont tendance à considérer les travaux d’envergure comme assez faciles à réaliser. Face à une telle situation, vous devez vous poser 2 questions. Suis-je capable d’effectuer moi-même ces travaux? Et, si non, ai-je la capacité financière de payer quelqu’un pour les faire? Enfin, même si vous êtes très habile et que les travaux manuels ne vous font pas peur, retenez que l’achat d’une maison est, en soi, un projet d’envergure et que vous ne devriez pas en prendre trop sur vos épaules.

Ne pas remettre en question l’approbation hypothécaire

Votre institution financière est prête à financer votre projet. Votre approbation hypothécaire vous satisfait. Vous êtes prêt à magasiner votre première demeure. Attendez ! Les premiers acheteurs sous-estiment trop souvent les sacrifices qu’engendre l’accession à la propriété. Penser à vos intérêts, aux loisirs, sports, voyages… Quels sacrifices êtes-vous prêt à faire? Assurez-vous que le montant de votre emprunt hypothécaire respectera votre style de vie.

Se fier aux commentaires des parents et amis

Personne n’est à votre place, pas même vos propres parents ! Visiter une propriété en compagnie de votre famille ou de vos amis peut vous rendre service ou vraiment vous nuire. Le marché de la vente immobilière change à un rythme effréné, tout comme le Code du bâtiment. Les normes de réfection d’une toiture en bardeaux en 2014 ne sont pas les mêmes que celles de 1999. Votre cousin expert en toiture pourrait y voir un vice important alors qu’il n’en est rien. De même, votre père vous dira que de payer 225 000$ pour une propriété est de la pure folie – ayant lui-même payé sa maison 55 000$ en 1985 -, alors que c’est probablement une aubaine dans le marché actuel.

Ne pas négocier

Il est étonnant de constater que les gens s’insurgent de devoir payer 5¢ supplémentaires pour un litre d’essence, mais qu’ils hésitent à négocier le prix d’un bien évalué à plusieurs dizaines de milliers de dollars. Faites vos devoirs pour établir le juste de prix de la propriété qui vous intéresse et négociez! De nos jours, plusieurs outils sont mis à votre disposition pour faire une évaluation juste de la valeur d’une propriété. Au besoin, vous pourriez même recourir aux services d’un évaluateur certifié. Il vous en coûtera 300$ ou 400$ pour en gagner peut-être 2000$!

Ne pas échanger suffisamment avec l’inspecteur

Non seulement les premiers acheteurs se fient trop souvent aux commentaires de leurs parents et amis, mais, en plus, ils ne profitent pas suffisamment de l’expertise de l’inspecteur en bâtiment. Faire évaluer une propriété, c’est aussi apprendre à la connaître. Faites le tour avec un expert en bâtiment et posez des questions. C’est le temps de vérifier les points soulevés par vos parents et amis. Profitez de sa présence pour lui poser toutes les questions qui vous passent par la tête tout au long de la visite.

Méconnaître les aspects juridiques

L’achat d’une propriété comprend plusieurs aspects juridiques. Vous aurez d’ailleurs recours aux services d’un notaire pour conclure votre transaction. Tout au long du processus, vous aurez aussi recours à l’expertise de l’agent immobilier, à moins que la vente se fasse d’un particulier à un autre. Dans ce cas, vous vous devez d’être bien informé. Vous êtes sans doute sur le point de faire l’une des plus grosses transactions de votre vie. Alors faites-vous donc aider. Consultez votre notaire… il saura vous guider.

Pour en savoir plus sur le secteur de l’habitation ou pour bénéficier de l’expertise du plus grand prêteur hypothécaire au Québec, rendez-vous au www.desjardins.com/maison.

 

Source : Isabelle Paradis | Desjardins, avec la collaboration de Josée Lortie, conseillère en finances personnelles, Caisse Desjardins Thérèse-De Blainville

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone