L’eau de pluie: où en sommes-nous? (suite)

iStockphoto
iStockphoto

Voici les grandes lignes du communiqué de la Société canadienne d’hypothèque et de logement en ce qui a trait à l’installation d’un système de recueillement des eaux de pluie. La première partie a été publiée hier.

-Un système coûte environ 1 $ du litre. Ainsi, les petits systèmes d’une capacité de 2 000 litres coûteront environ 2 000 $.

-La première étape consiste à déterminer la quantité d’eau requise pour les usages prévus, les dimensions de la surface de captage en toiture et la quantité d’eau de pluie que reçoit généralement la région en un an. Sur la base de ces données, un concepteur de systèmes de collecte de l’eau de pluie pourra calculer la quantité d’eau qu’il est possible de recueillir, de façon réaliste, la capacité de la citerne requise et l’utilisation qui sera faite de cette eau.

-Les citernes sont désormais offertes en différents formats (de 50 à 200 000 litres), sous différentes formes (rectangulaires, carrées, cylindriques, sacs), et elles sont fabriquées de matériaux divers (béton, fibre de verre, plastique, acier, bois). On peut les installer en surface ou sous terre. Les citernes et leurs composantes doivent être isolées ou vidées pour éviter le gel en hiver.

-Un système peut comprendre un certain niveau de traitement de l’eau pour empêcher le système de s’obstruer et pour contribuer à la bonne qualité de l’eau. Les filtres de gouttières, les grillages et des dispositifs qui détournent le « premier flot » d’eau de pluie servent à réduire la quantité de feuilles mortes, d’insectes, de pollens, de saletés et d’autres matières polluantes qui s’accumulent sur les toitures et peuvent pénétrer dans le système de collecte. On installe également des grillages aux ouvertures d’accès des citernes pour empêcher les insectes et les rongeurs d’y pénétrer.

-Il est possible de traiter l’eau de pluie stockée au moyen de filtres à cartouches ou de membranes filtrantes et de la désinfecter avec du chlore ou une lumière ultraviolette avant de l’utiliser. Pour savoir quel est le traitement requis (si c’est le cas), il suffit de communiquer avec l’agence de la santé locale.

-Une fois le système installé, il faut l’entretenir selon les instructions du fabricant pour en assurer le rendement optimal. Au moins une fois l’an, il importe d’inspecter et de nettoyer les gouttières, de vérifier les filtres et de vérifier s’il y a des fuites.

-Souvent, il faut une pompe pour acheminer l’eau de pluie traitée de la citerne au jardin ou à la maison. Il est important de vérifier que toute l’installation de plomberie et la tuyauterie du système de distribution sont de dimensions adéquates et sont bien installées pour assurer un débit optimal.

-En périodes de fortes précipitations, il faut porter attention à la pluie excédentaire et la rediriger vers un puits d’infiltration ou une tranchée d’infiltration pour éviter que la citerne ne déborde.

-Vaut mieux confier la conception, l’installation et la mise en service de ce genre de système à un professionnel.

Pour lire le communiqué dans son intégralité sur le site Marketwire sous le titre La collecte de l’eau de pluie

Photo : iStockphoto LP

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone