La Maison aux sept pignons

 

Elle est la maison la plus célèbre de toute la côte est américaine et compte parmi les plus connues aux Etats-Unis. Située à Salem, près de Boston, cette vieille demeure en bois est magnifique avec son architecture de style Colonial, vaguement gothique, sans oublier les sept pignons qui s’élancent vers le ciel. Mais dans l’imaginaire populaire, elle est aussi le prototype de la maison hantée! Entre ses murs se concentre tout le passé diabolique de la Nouvelle-Angleterre.
Faisons un saut dans le temps! En novembre 1620, le Mayflower quitte Londres et jette l’ancre sur la côte américaine après une halte à Cape Cod. À bord se trouve un noyau de puritains qui, fuyant la persécution en Angleterre, met sur pied la colonie de Plymouth, la ville la plus ancienne de la Nouvelle-Angleterre. Ces religieux sont parfois vus comme les pères fondateurs des futurs États-Unis d’Amérique.
Ces puritains s’éparpillent le long de la côte et répandent leurs valeurs religieuses dans les villes et les villages qui prennent naissance, dont Boston fondée vers 1630.

En 1692, les plus extrémistes de ces puritains sombrent dans l’hystérie et voient Satan partout. C’est le triste épisode des sorcières de Salem où 19 personnes qu’on dit possédées du diable seront pendues, des femmes pour la plupart, et des dizaines et dizaines d’autres seront emprisonnées. Un homme meurt écrasé sous des pierres et d’autres meurent en prison.  
En 1850 paraît le roman La lettre écarlate qui dénonce les excès de ces puritains. C’est l’histoire d’une femme qui, dans les années 1640 à Boston, se fait marquer au fer rouge. Elle est condamnée à afficher la lettre A gravée sur sa poitrine pour péché d’adultère. Le roman est signé Nathaniel Hawthorne.

En 1852, l’auteur passe à nouveau les puritains dans le tordeur en écrivant La Maison aux sept pignons. Ce conte gothique doté d’un soupçon de surnaturel raconte l’histoire d’une famille sur laquelle plane une malédiction ancestrale remontant aux persécutions de Salem. En fait, deux familles en sont affectées. Tout y passe : sorcellerie, hypocrisie religieuse, désir de vengeance, puits mystérieux, document secret, mort subite.      

Pourquoi Hawthorne s’acharnait-il tant sur les puritains? Parce que non seulement l’un de ses ancêtres figurait parmi les juges à l’époque des sorcières de Salem, mais il était vu comme le plus sanguinaire d’entre tous. En écrivant, Hawthorne se libérait du fardeau de la honte et exorcisait le mal qui rongeait sa famille.

Aujourd’hui, des milliers de touristes visitent chaque année cette vieille maison en bois, située le long d’une petite rue au coeur de Salem. Sombre, mystique, lugubre, un brin macabre avec ses clairs-obscurs et ses ombres envahissantes, la Maison aux sept pignons vous donne un léger frisson dans le dos.

Côté architecture, elle frappe l’imagination avec son étage en surplomb, ses fenêtres couvertes de treillis, ses angles grotesques et son immense cheminée se dressant parmi les sept pignons.

La maison figure parmi les premières constructions de la côte. Le noyau central date de 1668. Puis il s’est élargi au fil des années jusqu’à atteindre un total de dix-sept pièces. Quelques maisons semblables existent toujours, plusieurs se prêtant aux légendes noires. Mais celle de Salem n’a pas d’égal!

En écrivant son roman, Hawthorne avait précisé que la maison était fictive. C’est pourquoi plusieurs maisons antiques de Salem ont tenté de se faire passer pour la fameuse maison aux sept pignons. Or, celle qui est convertie en musée aujourd’hui appartenait à la cousine de l’écrivain. Et selon les historiens, le romancier fréquentait sa cousine. Lorsque le propriétaire de la maison lui raconta que la maison avait jadis sept pignons, le romancier aurait murmuré: « La Maison aux sept pignons, ça sonne plutôt bien! »

Pour la petite histoire, apprenez que George W. Bush descendrait directement des pèlerins puritains du Mayflower. Ce serait le cas aussi pour Brad Pitt et Marilyn Monroe. Mais c’est à vérifier!
Pour les amateurs de chiffres mystérieux, apprenez qu’il y avait sept juges à Salem! Et que le nombre de péchés capitaux est de sept! Coïncidence?

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone