C’est la faute au rock

«Le rock and roll va changer le monde», avait dit John Lennon. Il n’avait pas tout à fait tort. Cette musique venant du diable, comme on se plaisait à répéter dans les années 50, a transformé les habitudes culturelles de millions de personnes à travers la planète. «La première fois que j’ai entendu les Beatles, j’ai compris que le monde ne serait jamais plus le même», avait avoué Gabriel Garcia Marquez, auteur des romans «L’amour aux temps du choléra» et «Cent ans de solitude» et prix Nobel de la littérature.

Le rock and roll a laissé son empreinte dans l’univers de la décoration. Il existe bel et bien un design rock and roll classique, issu du Pop Art:  juke-box, plancher à carreaux noirs et blancs, bouteille de Coca Cola, Cadillac, lithographies mettant en vedette Elvis, Jerry Lee Lewis, John Lennon, côtoyés par des acteurs de l’époque comme James Dean et Marlon Brando.

Le rock and roll a-t-il influencé l’architecture? À première vue, non. À moins qu’il ne se soit mêlé à un courant moderne en servant d’inspiration à un architecte à la recherche d’un style nouveau. Par contre, certains immeubles affichent un look plutôt rock  et c’est le cas du Experience Music Project (EMP). On vous le concède: le design tient davantage du rock psychédélique des années 70  que du rock and roll frou frou léger des années 50.

EMPSFM CACOPHONY WIKIPEDIA inusite
EMPSFM de Cacophony, Wikipedia

Ne vous méprenez pas. L’immeuble n’est pas l’œuvre de hippies retardés qui refusent obstinément de voir les années 60 mourir. L’homme qui a financé le projet n’est nul autre que Paul Allen, co-fondateur de Microsoft avec Bill Gates, aujourd’hui multimilliardaire. Allen est un fou du rock et le guitariste Jimi Hendrix figure parmi ses idoles. Allen est né à Seattle, Hendrix aussi. Où se trouve l’immeuble? À Seattle.

Quel est l’architecte qui a conçu le Experience Music Project? Frank Gehry, une légende parmi les architectes modernes. C’est lui qui a conçu le Musée de Guggenheim à Bilbao et la fameuse Maison dansante à Prague, deux immeubles déjà décrits sur le blogue de Casarazzi. Né à Toronto, Gehry est considéré comme un maître du tordu.

Vous vous demandez certainement ce que représente l’immeuble. Voici l’histoire. Frank Gehry a démonté une guitare électrique en morceaux, puis il a retravaillé le matériel avec un logiciel. Jimi Hendrix  aimait détruire ses guitares durant les spectacles, en y mettant le feu entre autres. C’était l’époque où les rockers ignoraient jusqu’où pouvait mener l’utilisation abusive de calmants et de stupéfiants.

EMPSFM, Wikipedia
EMPSFM, Wikipedia

Sachez que le mur extérieur de l’édifice contient 4 000 panneaux d’acier inoxydable ou d’aluminium, tous découpés individuellement. Aucun n’est identique.

L’Experience Music Project abrite un centre culturel, une salle de concert, un musée interactif du rock and roll et un musée de science-fiction. Il a été construit en 2000 au coût de 240 millions. Il renferme 80 000 objets reliés principalement à la musique rock.

Peut-être que vous vous dites : tous ces millions gaspillés pour ça? C’est vrai que l’immeuble s’est déjà retrouvé sur la liste des dix immeubles les plus laids du monde du magazine Forbes.  On l’a déjà comparé à des hémorroïdes d’ailleurs. Pendant ce temps par contre, des milliers d’admirateurs ont sûrement crié : «Au génie!».

Qu’on l’aime ou pas, ce n’est pas important. L’important, c’est que tout le monde soit sur la même longueur d’ondes, à savoir que nous sommes en face d’un immeuble inusité. Et celui-là, il l’est vachement pour employer l’expression des  Français et des Françaises.

 

Références :

Wikipedia à l’article francais  Experience Music Project

Wikipedia à l’article anglais Frank Gehry

Wikipedia à l’article anglais Paul Allen

Wikipedia à l’article anglais  Experience Music Project

 

Photos :

EMPPano11 de Cacophony sur Wikipedia Commons

EMPSFM de EMPSFM archive sur Wikipedia Commons

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone