iStockphoto

40 000 $ dans un sofa

Acheter chez un brocanteur, farfouiller dans les effets personnels d’un défunt ou entreprendre des rénovations conduisent parfois le propriétaire vers des émotions inattendues.

Attentif à ce qui a traversé le radar des médias ces dix-huit derniers mois, nous avons recueilli les trouvailles les plus spectaculaires. Vous les avez peut-être loupées puisque ces faits divers se diffusent souvent en entrefilet.

Commençons.

Une veuve de 91 ans décide de se départir de son vieux sofa. L’Armée du salut se charge de le vendre.

Un jour, trois colocataires achètent le meuble pour 20$. De retour à leur appartement, ils découvrent 40 000$ répartis dans plusieurs enveloppes, enfouies dans le sofa. Trop honnêtes pour les garder, les trois colocataires remontent la filière dès le lendemain et remettent les 40 000$ à la dame âgée. Le nom de la veuve était écrit sur l’une des enveloppes.

Autre histoire rocambolesque.

Dans la région d’Edmonton en Alberta, la famille de Léo Groenevedt, décédé depuis quelques années, avait entrepris de faire le ménage de la maison du défunt, quelque part en février 2013.

Surprise! Les membres de la famille découvrent un crâne humain dissimulé sous un tas d’objets dans le garage. On alerte les policiers.

Selon les premiers éléments de l’enquête, le crâne aurait circulé dans une fête s’étant tenue fin des années 60, début des années 70. Pour une raison obscure, Léo Groenevedt avait mis la main sur le crâne.

Fin été 2014, les policiers d’Edmonton lancent un appel à la population. Quiconque ayant assisté à cette curieuse fête serait-il assez gentil pour communiquer avec eux?

On ignore la suite de l’histoire pour le moment.

Autre histoire, plus poignante cette fois-ci.

Tout a été dit et raconté sur Agatha Christie, auteure de classiques comme Les dix petits nègres ou Le crime de l’Orient-Express.

On croyait tout savoir sur la plus grande romancière de tous les temps en termes de ventes et de traductions lorsqu’un beau jour de novembre 2005, John Curran, ami de Matthew Prichard, lui-même petit-fils d’Agatha, fait une découverte surprenante à Greenway, maison de vacances de l’auteure de roman policiers et transformée en musée.

Alors que la maison se faisait rénover en profondeur, Curran a mis la main sur un carton renfermant 73 carnets de notes dans lesquels Agatha consignait, au quotidien, états d’âme et réflexions sur son travail. À ce trésor s’ajoutait un deuxième: l’ébauche d’une autobiographie enregistrée sur cassettes audio.

Avec le consentement de la famille, John Curran passera près de quatre ans à déchiffrer tous ces carnets, dans la pièce même où il les avait trouvés. Il tombera sur des débuts d’intrigue, des dénouements, des esquisses de nouveaux personnages.

Et il tombera sur un troisième trésor: deux histoires inédites avec Hercule Poirot comme personnage principal.

Pour en savoir plus:

L’histoire des 40 0000 $ trouvés dans un sofa avait été rapportée par l’agence QMI dans l’édition du 3 août 2014 du Journal de Montréal.

Celle du crâne humain avait été publiée par Associated Press au printemps 2014.

Dans la tête d’Agatha Christies, LaCroix.com

Photo: iStock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone