iStock

Pas de répit dans le Grand Montréal

Malgré le resserrement hypothécaire imposé par le gouvernement fédéral au mois d’octobre, les ventes résidentielles ne s’essoufflent pas dans le Grand Montréal.

Elles ont augmenté de 9% au mois de novembre comparativement à novembre 2015. Mieux: c’est le meilleur mois de novembre depuis 2011. On parle également d’une 20e hausse mensuelle dans les 21 derniers mois.

Daniel Dagenais, président du conseil d’administration de la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) explique: «Les bons résultats de novembre, tant au chapitre de la hausse des ventes que de la croissance des prix, s’expliquent par une forte présence des acheteurs expérimentés sur le marché immobilier. Ces derniers, généralement plus nombreux sur le marché à l’automne, sont en bonne posture pour transiger, malgré les resserrements hypothécaires annoncés en octobre. En particulier, on note une augmentation de 35 % des ventes de maisons unifamiliales de 500 000 $ ou plus en novembre dans l’ensemble de la région montréalaise. Nous suivrons assurément de très près l’impact des nouvelles mesures hypothécaires sur le marché dans les prochains mois.»

Voici les statistiques rapportées intégralement.

Variation des ventes par secteurs
Quatre des cinq principaux secteurs de la région métropolitaine de Montréal ont enregistré de fortes croissances des ventes en novembre, soit Laval (+19 %), l’île de Montréal (+14 %), Vaudreuil-Soulanges (+14 %) et la Rive-Sud (+11 %).

À l’opposé, le secteur de la Rive-Nord a connu un recul de 6 % du nombre de transactions conclues par rapport à la même période en 2015.

Statistiques par catégories de propriétés
La copropriété et le plex ont respectivement enregistré des hausses de ventes de 13 % et de 15 % en novembre.

La maison unifamiliale n’est pas en reste, alors qu’elle a vu son nombre de transactions augmenter de 6 %.

Au chapitre des prix
À l’échelle de la RMR, le prix médian des unifamiliales a cru de 6 % en novembre, par rapport à la même période en 2015, pour s’établir à 308 250 $. Ce résultat est en grande partie attribuable au secteur de l’île de Montréal, où le prix médian des unifamiliales a bondi de 15 %.
La moitié des copropriétés se sont transigées à un prix supérieur à 248 000 $, ce qui correspond à une augmentation de 4 % sur un an du prix médian.

Finalement, le prix médian des plex de 2 à 5 logements a progressé de 1 %, pour se fixer à 460 000 $.

Fait à noter: l’offre de propriétés à vendre a diminué pour un quatorzième mois consécutif, selon le système Centris.

Photo: istock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page