Archives pour l'étiquette loft

iStock

Style industriel: brut et spectaculaire

C’est loin d’être le style de décoration le plus populaire, mais il existe. Marginal certes, spectaculaire il l’est, lourd et rugueux sans aucun doute. On n’aime ou on n’aime pas. Reste que le style industriel a de la gueule. C’est le luxe du brut.

iStock
iStock

Le style industriel est à l’origine du loft. Les designers l’ont récupéré pour le rendre plus accessible en l’adoucissant, en y ajoutant une bonne dose d’élégance, ce qui a donné naissance au loft. Le loft est plus léché, plus doux, moins brutal. Le loft, c’est l’embourgeoisement du style industriel. Continuer la lecture

iStock

Séduire avec un décor minimaliste

Le minimalisme, c’est l’opération épuration. Les accessoires décoratifs sont jetés au panier. On ne conserve que l’essentiel. Tout est dépouillé: couleurs, matériaux, ameublement. Et cela donne un look d’une grande profondeur. Et, il faut le dire, rafraîchissant.

Le minimalisme constitue le cœur du style contemporain, mais il s’exprime aussi à travers d’autres styles, comme le rustique, le lounge, l’industriel (le loft entre autres) ou le design Shaker, peut-être le plus dépouillé de tous les styles.

La sobriété du minimalisme réside davantage dans la forme et le nombre d’unités que dans le style. Parfois, une pièce est si dépouillée qu’une seule expression nous vient à l’esprit pour la décrire: la pièce est nue.

Le monochrome est l’un des secrets du minimalisme. Les couleurs sont neutres la plupart du temps. Le plus souvent, tout est blanc, du sol au plafond en passant par les meubles. Sinon, ce sera deux couleurs, rarement trois. Il s’agira souvent d’une même couleur déclinée en plusieurs tons. Aperçu quelque part : un sol de béton peint en turquoise et le sofa de la même couleur. Continuer la lecture

iStock

Une maison individuelle pour la génération Y

 Selon un sondage commandé par BMO et réalisé à la grandeur du pays, les post-boomers, ou si vous préférez les membres de la génération Y (entre 19 et 35 ans), qui rêvent d’une première propriété optent majoritairement pour une maison individuelle (51%). Suivent un appartement d’un immeuble en copropriété ou un loft (29%), une maison en rangée (27%) et une maison jumelée (20%).

iStock
iStock

Parmi les 51 % des post-boomers déjà propriétaires, 46% ont acheté une maison individuelle et 23% un appartement d’un immeuble en copropriété ou un loft. Ces derniers ont déboursé en moyenne 295 458 $ pour réaliser leur rêve. La mise de fonds moyenne est de 16,5 %. Plusieurs se sont montrés téméraires puisque 26 % n’ont versé que 5% en guise de mise de fonds. De ce pourcentage, 16 % ont avoué avoir fait sauter leur budget.

Revenons aux post-boomers qui rêvent de leur première propriété. Les conclusions du sondage de BMO sont intéressantes. Continuer la lecture

Les paradis du loft

Souvent créé dans un bâtiment industriel désaffecté, le loft offre un immense espace ouvert à décorer, une seule pièce dont la dimension tourne autour de 500 mètres carrés, avec une hauteur sous plafond jusqu’à trois mètres et plus.

Peu de portes, peu de murs, souvent pas du tout. Une vague de lumière naturelle venant des longues fenêtres verticales le long du mur inonde l’espace central. À ces fenêtres s’ajoutent parfois une façade entièrement vitrée, des puits de lumière ou des fenêtres sur le toit.

iStockphoto
iStockphoto

Partout des colonnes et des poutres de bois ou d’acier, des surfaces de béton, de briques et de métal. Et abandonnés sur les lieux des vestiges qui rappellent le passé du bâtiment : poulies, caisses de bois, plateforme, lavabo géant, rails, conduits de climatisation, table en acier, cheminée surdimensionnée.

Que fait-on dans ce décor peu raffiné? On aménage son petit chez soi pour y vivre.

Les travaux de nettoyage terminés, on passe à l’action. Le plus souvent, les propriétaires conservent les traces de l’ancienne vocation du bâtiment à des fins décoratives. C’est le propre du loft. C’est ce qui le distingue du penthouse.

Si des cloisons sont requises pour une certaine intimité, elles doivent se faire le plus discrètes possible pour ne pas briser la continuité de l’espace et la vague de lumière. Voilà pourquoi les murs entiers se font rares. Ou bien les aires sont regroupées par deux, exemple le salon avec la salle à manger, ou bien on voit apparaître murets, écrans mobiles, panneaux opaques ou translucides.  

Le loft est le paradis de la couleur. Les propriétaires y ont souvent recours pour diviser l’espace par blocs: une couleur dominante par aire, ou bien une couleur dominante au rez-de-chaussée et une deuxième à l’étage, une mezzanine la plupart du temps. Continuer la lecture