Archives pour l'étiquette Investissement

Des acheteurs nullement intimidés

Malgré les nouvelles règles des derniers mois resserrant l’accès à l’obtention d’une hypothèque, et malgré la hausse des taux d’intérêts actuelle et à venir, rien ne semble vouloir freiner la volonté des Canadiens d’acquérir de nouvelles maisons dans les deux prochaines années.

iStock
iStock

Selon un sondage annuel de RBC, un Canadien sur trois se dit très susceptible ou plutôt susceptible d’acheter une maison, une hausse de sept points de pourcentage comparativement à l’an dernier. Les milléniaux (18 à 35 ans) sont les plus affamés avec un pourcentage de 50 % des intentions d’achat.

C’est le niveau le plus élevé en termes d’intentions d’achat depuis 2010. À quoi attribuer une volonté aussi forte dans un contexte immobilier un peu plus difficile? Continuer la lecture

Ne laissez pas les dollars filer

Pour beaucoup de gens, l’incroyable sentiment d’avoir un vrai chez soi qui leur appartient est ce qui les pousse à acquérir une propriété. Le reste est bien secondaire. Ils négligent même le côté investissement. Pourtant, un deuxième effort leur permettrait de gagner beaucoup d’argent, très facilement.

iStock
iStock
Les locataires ont hâte d’entrer dans leur première maison, d’y construire leur cocon en décorant et en rénovant, d’y vivre la vie de propriétaire. C’est un plaisir imbattable. Est-ce une raison par contre de lever le nez sur la dimension investissement? D’écarter des calculs de base du revers de la main et de se priver de milliers de dollars?

Continuer la lecture

iStock

Mieux acheter pour mieux revendre

Certains achètent une propriété sans penser qu’ils vont la revendre un jour. La maison leur plaît? C’est suffisant. La dimension investissement est secondaire. D’autres songent au potentiel de la revente de la propriété. Ils veulent maximiser leur achat. Des conseils peut-être?

Énumérer tous les facteurs déterminant l’évolution de la valeur d’une propriété à travers les années serait trop long. Les experts de Via Capitale vous en offrent quelques-uns.

Le quartier dans lequel se trouvera la propriété convoitée est d’une importance capitale pour le potentiel de la revente. Exemple: si le secteur est très dense en termes d’habitations, la valeur ajoutée par les travaux de rénovation que vous effectuerez sera plus grande que dans un secteur moins densément peuplé. Concurrence oblige.

Si le quartier que vous habiterez laisse à désirer, que les conditions économiques sont défavorables, que les services publics sont éloignés, vous aurez beau vous débattre pour augmenter la valeur de votre maison en procédant à toutes sortes de changements, vos efforts vous conduiront dans une impasse. Et vous aurez perdu beaucoup d’argent. Continuer la lecture

Les avantages d’une maison plus petite

Vu la limitation de l’accès au financement hypothécaire, ce qui restreint du même coup l’accès à la propriété, beaucoup de ménages se voient obligés de reporter l’achat de leur propriété. Et pourquoi pas une maison plus petite? Les temps ont changé, vous savez.

Autrefois, habiter une maison de plus petite taille était vu, trop souvent, comme une forme d’échec. La réussite sociale transpirait à travers les dimensions d’une propriété. Grosse cabane, gros train de vie, gros budget. La taille de la maison se situait parfois au-delà des besoins de la famille.

iStock
iStock

Maintenant que la terre entière se regroupe pour lutter contre le réchauffement accéléré du climat, posséder une maison qui correspond exactement à ses besoins est vu comme un geste écoresponsable.

Sauf que, pour beaucoup de ménages, la limitation de l’accès à la propriété leur interdit même d’acquérir une maison qui correspond à leurs besoins. Que faire? On reporte l’achat? Pas nécessairement. Continuer la lecture

Les intentions d’achat sont en baisse

Si 82% des Canadiens sont d’avis que l’achat d’une maison est un bon investissement, le pourcentage de Canadiens envisageant sérieusement un achat au cours des deux prochaines années est passé de 29% en 2016 à 25% en 2017.

La génération Y, dont les membres sont appelés les milléniaux (18 à 34 ans), n’a rien à voir avec cette baisse puisque le pourcentage ayant l’intention d’accéder à la propriété d’ici deux ans est de 39%.

Ces statistiques sont tirées de l’Enquête annuelle RBC sur les tendances du marché résidentiel, édition 2017.

iStock
iStock

Pourquoi, de façon générale, les intentions d’achat sont-elles en baisse? Continuer la lecture