iStock

Résidences pour aînés: elles régressent

La Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) a publié en juin son Rapport sur les résidences pour personnes âgées. On apprend que le taux d’inoccupation a augmenté au Québec au cours de la dernière année.

Kevin Hughes, économiste régional, Québec, à la SCHL, explique :

« La hausse du taux d’inoccupation au Québec s’explique surtout par les changements survenus dans les  RMR [régions métropolitaines de recensement] de Montréal et de Québec, où le taux a beaucoup augmenté. Cette année encore, il y a entre les régions de la province d’importantes différences dans l’état du marché, son orientation, l’offre et la popularité des logements pour aînés. » 

Voici les faits saillants du rapport pour le Québec, rapportés intégralement.

  • Le taux d’inoccupation des places standards s’élevait à 6,9 % en 2018, alors qu’il était de 6,2 % en 2017.
  • Les tendances et l’état du marché ont beaucoup varié entre les provinces, en raison des différences dans l’offre récente et la popularité de ce type de logement. Ces disparités sont aussi observées à l’échelle de certaines régions. Par exemple, dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, les conditions du marché varient : le taux d’inoccupation allait de 2,7 % à Laval à 10,5 % au centre-ville.
  • Au Québec, le loyer moyen des places standards était de 1 729 $ par mois.
  • Le taux d’inoccupation des places avec soins assidus est descendu à 4,2 %, et leur loyer moyen est resté stable, à 3 180 $. Les personnes occupant une place avec soins assidus paient un supplément afin de recevoir au moins une heure et demie de soins par jour. Ces personnes peuvent par exemple être atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de démence, ou encore avoir une mobilité réduite.
iStock
iStock

La SCHL a retenu deux types de places : standards et non standards, qu’elle décrit de la façon suivante. « Les places standards, aussi appelées « places pour personnes autonomes », sont occupées par un résident qui paie le loyer du marché et reçoit moins d’une heure et demie de soins par jour. Les places non standards sont occupées par un résident qui reçoit chaque jour une heure et demie de soins ou plus. Cette catégorie comprend aussi les places de soins de relève et les places hors marché », lit-on dans le communiqué de presse.

Photos : iStock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *