Thumbnail for post #18067

Maison intergénérationnelle : la bonne solution pour vous?

De plus en plus de familles se laissent tenter par l’achat d’une maison intergénérationnelle. Définie par le gouvernement du Québec comme « un concept d’habitation qui permet à une famille de cohabiter avec ses parents vieillissants, dans une maison unifamiliale composée de deux logements indépendants de tailles différentes », celle-ci fait cohabiter typiquement, et non forcément, trois générations.  

Le marché cible les individus de 35 à 50 ans et, à l’heure du vieillissement de la population, le concept est de plus en plus populaire. Surtout présentes dans les régions des Laurentides, Lanaudière et Laval, les résidences intergénérationnelles (ou bigénérationnelles) se vendent autour de 500 000 $, ou environ 15 % de plus que celles unifamiliales et conventionnelles. 

Avantages et désavantages de la cohabitation en maison intergénérationnelle

Grâce aux avancées médicales et à de meilleures technologies d’assistance, les aînés ont plus de liberté quand vient le moment de choisir où s’établir, et ils sont nombreux à avoir envie de se rapprocher de leur famille. Ainsi, ils peuvent cohabiter avec leurs enfants et petits-enfants dans une grande maison sans avoir à prendre seuls en charge les travaux d’entretien.

Cette proximité rassurante permet de renforcer les liens familiaux et de simplifier le quotidien. Les grands-parents retraités, par exemple, peuvent prendre en charge la garde des enfants après l’école en attendant le retour des parents, tandis que les parents peuvent assister les grands-parents en perte d’autonomie. Ensemble, tous peuvent aussi partager certains frais, comme ceux du câble ou des réparations inattendues.

En revanche, la cohabitation n’est pas pour tout le monde. Pensez-vous pouvoir côtoyer vos parents ou vos enfants en tout temps? Il est important d’établir des règles claires, sans zones grises, pour préserver votre intimité. Même si des entrées indépendantes vous aideront sans doute à protéger votre vie privée, d’autres sujets devront être abordés, comme le niveau de bruit tolérable ou les horaires de partage des aires communes. Si les grands-parents sont malades ou en perte d’autonomie, les parents pourraient aussi éprouver trop de pression à devoir s’occuper de ceux-ci comme de leurs enfants.

Enfin, n’oubliez pas de penser à la succession : qu’arrivera-t-il à la maison quand les grands-parents décéderont, ou lorsqu’ils devront s’installer en maison de retraite? Une maison intergénérationnelle prendra d’ailleurs plus de temps à se vendre qu’une maison unifamiliale — jusqu’à six mois de plus, même! Non seulement celles-ci sont-elles moins populaires que les demeures unifamiliales, mais tous les partis doivent s’entendre sur les conditions de la vente…

Aspect légal

D’abord, une question cruciale avant d’acheter ou de rénover : votre maison intergénérationnelle est-elle légale? Les règlements varient d’une municipalité à l’autre. Dans certaines villes, comme Repentigny, elles sont carrément illégales, bien qu’une maison puisse posséder un logement d’appoint, qui ne peut occuper qu’un certain pourcentage de la superficie totale; dans d’autres villes, comme Sainte-Julie, le concept est déjà assez répandu.

Si une demeure a été aménagée pour accommoder plusieurs générations sans permis, vous vous exposez au risque de sévères conséquences. La ville pourrait exiger des rénovations qui, en plus de coûter très cher, pourraient changer la configuration de votre maison de rêve du tout au tout. Vous pourriez être obligé d’installer un mur pare-feu entre les deux logements, par exemple. Pour éviter les mauvaises surprises, assurez-vous donc que votre projet ou votre maison soit conforme. 

Dépenses et subventions

Renseignez-vous auprès du gouvernement, de votre institution financière ou de conseillers en rénovation pour connaître les avenues qui s’offrent à vous. Il existe de l’aide financière pour l’achat ou la construction d’une telle demeure, telle qu’offerte par LogiRénov ou Rénovation Québec. Le gouvernement peut également rembourser une partie de la TPS ou de la TVQ en cas de rénovations dépassant un certain montant. De plus, en hébergeant une personne de 70 ans et plus, surtout si celle-ci a un faible revenu, vous aurez droit à certains crédits d’impôt, mais aussi si vous êtes aidant naturel. 

Cela dit, il est préférable de consulter un notaire pour bien comprendre l’impact fiscal que pourrait avoir la vente de votre maison intergénérationnelle dans le futur. En effet, celui-ci dépend de plusieurs facteurs : si plusieurs personnes sont propriétaires, si l’un des partis verse un loyer, si la maison comprend un logement complètement indépendant… Comme l’ajout d’un logement fera augmenter la valeur de votre maison d’environ 15 %, vous devrez aussi payer des taxes municipales plus élevées. Pensez-y!

Toutes les images de cet article ont été obtenues via Depositphotos.