Mérule pleureuse : des experts seront formés

Enviro-option.com
Enviro-option.com

Le gouvernement du Québec entend sensibiliser les professionnels du bâtiment à la mérule pleureuse en vue de développer une expertise pour mieux combattre le champignon dévastateur, qui se nourrit du bois et le pousse à se décomposer, ce qui fragilise les structures d’une maison.

Mais les propriétaires ont un devoir à accomplir qui a maintes fois été répété sur ce blogue. Il s’agit d’un exercice de prévention qui relève du gros bon sens. Il faut aérer régulièrement l’intérieur de nos propriétés et évacuer l’humidité excessive le plus vite possible. La moindre infiltration d’eau doit être réparée dans les plus brefs délais. L’air doit circuler, surtout dans des endroits qu’on a tendance à oublier, le sous-sol par exemple.

Récemment, la ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l’Habitation, Lise Thériault, a déposé, à l’Assemblée nationale, le rapport du comité interministériel sur la mérule pleureuse, attendu depuis plusieurs mois.

Piloté par la Société d’habitation du Québec (SHQ), le comité avait pour mandat de rassembler de la documentation face aux multiples propriétés contaminées par ce champignon dévastateur. Il devait ensuite formuler des recommandations au gouvernement. Les voici intégrales.

  1. Informer adéquatement la population afin qu’elle soit en mesure de prévenir la contamination ou de prendre des décisions éclairées en cas de contamination;
  2. Mettre en place des méthodes reconnues pour identifier la mérule et formuler des directives pour encadrer les travaux de décontamination et d’élimination des matériaux;
  3. Former les professionnels du bâtiment pour qu’ils puissent identifier la mérule et proposer les travaux de décontamination et de réhabilitation appropriés;
  4. Étudier les effets psychosociaux chez les personnes aux prises avec un cas de contamination;
  5. Suivre la situation sur la présence de la mérule au Québec et poursuivre l’acquisition des connaissances.

Déclaration de la ministre Thériault : « Lorsque j’ai été nommée ministre responsable de l’Habitation, un de mes premiers engagements a été de rendre public ce rapport; et voilà qu’aujourd’hui, nous y sommes. Je voulais m’assurer qu’au moment de le déposer, tout serait prêt pour que l’on puisse aller de l’avant, dès maintenant, avec des recommandations concrètes. Notre gouvernement entend donner suite aux recommandations du rapport pour permettre au Québec de développer une expertise afin de prévenir la présence de la mérule et de l’éliminer. La mise en place des recommandations est un premier pas, il reste d’autres étapes à franchir. Je veux rassurer les membres du Regroupement mérule pleureuse Québec sur le fait que notre gouvernement sera à leurs côtés pour trouver des moyens qui les aideront à passer à travers cette épreuve difficile. »

Une trentaine de propriétaires seraient aux prises avec la mérule pleureuse au Québec. Le nombre tend à augmenter rapidement. Tout propriétaire faisant face à l’apparition de la mérule pleureuse est invité à remplir la déclaration volontaire et confidentielle sur le site Web de la SHQ.

Si vous voulez en savoir davantage sur la mérule pleureuse, consultez les archives du blogue de Via Capitale. Nous suivons le dossier depuis le début. De nombreux billets ont été écrits sur le sujet.

Photo: avec l’autorisation d’Enviro-Option.com