iStock

Mérule pleureuse: l’argent est là

Les propriétaires dont la maison est contaminée par la mérule pleureuse peuvent recevoir jusqu’à 100 000 $ de la part du gouvernement du Québec. Le programme Intervention résidentielle – mérule pleureuse a été adopté par le Conseil des ministres. Il sera en vigueur début octobre.

Enviro-option.com
Enviro-option.com

Le montant de l’aide financière variera d’un cas à l’autre, selon qu’il s’agisse de travaux de décontamination, de réhabilitation, de reconstruction. Le budget disponible est de 5 M$ pour une période de trois ans. Il servira aussi à financer l’acquisition de connaissances face à la mérule pleureuse afin de mieux la combattre, à documenter le nombre de cas confirmés et à valider l’efficacité du programme mis sur pied par la Société d’habitation du Québec (SHQ).

Voici les grandes lignes du programme rapportées textuellement.

  • Le Programme d’intervention résidentielle – mérule pleureuse est issu du Plan économique du Québec de mars 2018 pour soutenir financièrement les propriétaires-occupants dont le domicile est contaminé par la mérule pleureuse.
  • Selon les modalités du programme, l’aide financière couvre, notamment, jusqu’à 75 % du coût des travaux d’un montant maximal de :
    • 100 000 $ par bâtiment admissible dans le cas d’une démolition et d’une reconstruction lors d’une perte totale;
    • 75 000 $ dans tous les autres cas admissibles.
  • En février dernier, la ministre Lise Thériault rendait public le rapport du comité interministériel sur la mérule pleureuse. Parmi ses recommandations, le comité préconisait de poursuivre l’acquisition des connaissances et d’encadrer les travaux de décontamination.
  • Des mesures ont déjà été entreprises à la suite des recommandations du rapport :
    • la SHQ a versé une subvention de 200 000 $ à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, affilié à l’Université Laval (IUCPQ-UL), pour mener un projet de recherche visant à améliorer les connaissances sur la mérule pleureuse au Québec;
    • le Bureau de normalisation du Québec (BNQ) s’est vu confier le mandat d’élaborer une norme consensuelle pour encadrer les travaux de décontamination dans les bâtiments touchés par la mérule pleureuse ainsi que par d’autres champignons lignivores. Cette mesure nécessite un investissement de 200 000 $.
  • Le regroupement Mérule pleureuse Québec recevra une subvention de 45 000 $ par année pendant quatre ans.

Déclaration de Lise Thériault, ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l’Habitation : « L’achat d’une maison représente généralement l’investissement le plus important d’une vie. J’avais promis aux propriétaires dont la résidence a été contaminée par la mérule pleureuse que nous allions trouver des moyens pour les aider à traverser cette épreuve.  C’est pourquoi notre gouvernement a déployé autant d’efforts au cours des derniers mois pour trouver des solutions et fournir de l’aide à ces propriétaires ainsi qu’à leurs proches. »

Pour la suite des choses, on consulte le site Web de la SHQ.

 

Photo mérule pleureuse: Enviro-Option.com
Photo dollars canadiens : iStock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *