iStock

Marché peu vulnérable à Montréal

Le portrait global du marché de l’habitation a peu changé au cours du premier trimestre 2018: peu ou pas vulnérable dans les Maritimes et au Québec, vulnérable ou très vulnérable ailleurs au pays, sauf à Winnipeg.

Coup d’œil sur les faits saillants du dernier rapport  Évaluation du marché de l’habitation de la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL):

  • Un degré élevé de vulnérabilité est maintenu pour Toronto . La baisse des prix des maisons individuelles plus prononcée au deuxième trimestre de 2017, mais le côté des appartements en copropriété la conjoncture du marché s’est resserrée et a fait augmenter le taux de croissance des prix. Les signes de construction excessifs faibles, les stocks ayant diminué dans toutes les catégories de logements.
  • À Vancouver, le degré de vulnérabilité du marché de l’habitation reste élevé. La hausse des prix sur le marché des habitations de moins de millions de dollars et de la hausse des taux hypothécaires a encore diminué un peu plus que l’abordabilité globale des logements au deuxième trimestre de 2017.
  • À Victoria, des signes élevés de surévaluation sont détectés, les prix des logements étant encore démesurés en regard du revenu local. Les signes de construction excessive demeurent faibles, mais le nombre de logements achevés et invendus par rapport à la population est à la hausse, après avoir touché un creux récemment.
  • Le degré de vulnérabilité demeure élevé à Hamilton, malgré la diminution du niveau de surévaluation; les prix se sont davantage alignés sur le revenu personnel disponible, la croissance démographique et l’emploi.
  • Malgré l’augmentation du taux de croissance des prix des logements, le degré de vulnérabilité demeure faible à Montréal. Si ce taux devait continuer de s’intensifier, les signes d’accélération des prix pourraient passer de faibles à modérés.
  • Les signes de construction excessive sont encore élevés à Calgary, Edmonton, Saskatoon et Regina en raison des stocks abondants de logements achevés et invendus et des hauts taux d’inoccupation sur le marché locatif. Cette tendance semble vouloir se résorber à Saskatoonet à Regina, où les stocks d’unités achevées et invendues ont diminué au quatrième trimestre.
  • Les marchés de l’habitation de Winnipeg et du Canada atlantique présente un degré de vulnérabilité.

Photo: iStock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *