iStock

À propos des maisons neuves

L’idée a été lancée en février. Trois organismes proposent  l’instauration d’un code de construction unique pour améliorer la qualité de la construction résidentielle au Québec.

L’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ), l’Association de la construction du Québec (ACQ) et Garantie de construction résidentielle (GCR) feront éventuellement la tournée des municipalités pour expliquer  l’idée aux élus.

Actuellement, certaines municipalités appliquent la version 1985 du code de construction, d’autres favorisent la version 2010.

Déclaration de Luc Bélanger, président-directeur général de l’APCHQ: «Tous les consommateurs devraient bénéficier des mêmes standards de qualité de construction pour leur maison neuve, indépendamment de la ville dans laquelle ils résident».

Déclaration de Daniel Laplante, président-directeur général de Garantie GCR : « C’est une question d’équité et nous sommes même disposés à bonifier la cote Qualité GCR des entreprises accréditées chez nous afin d’atteindre cet objectif.»

D’autre part, toujours dans le but d’améliorer la qualité de la construction résidentielle au Québec, GCR annonçait en février la mise sur pied du Comité de veille technologique GCR.

L’intention est de créer un espace d’échanges entre différents acteurs de l’industrie de la construction résidentielle à travers différentes associations de promotion d’intérêts: consommateurs, entreprises manufacturières, entrepreneurs, entrepreneurs généraux et sous-traitants.

Les recommandations du comité serviront à former un cadre de formation continue « pour corriger les non-conformités identifiées en chantiers, selon les exigences du Code de construction du Québec.»

La première rencontre au lieu le 29 mars. Ceux et celles qui veulent participer aux travaux du comité doivent contacter Richard Décarie, vice-président service aux consommateurs et communications, à l’adresse: DProulx@GarantieGCR.com

Comme le nom du comité l’indique, «les participants y partageront leurs connaissances techniques et leurs façons de faire, permettant de contribuer à établir un consensus sur les meilleures pratiques en construction résidentielle, à améliorer la réglementation en vigueur, ainsi qu’à favoriser la recherche scientifique, l’innovation et le développement durable.»

Photo: istock.com