La maison du mieux-vivre

Plus une maison est écologique, moins elle est toxique. Toute la famille se retrouve en meilleure santé. C’est prouvé scientifiquement. Attardons-nous sur la maison idéale, celle qui éloigne beaucoup de maux physiques et certaines maladies.

iStock
iStock

Trop souvent, l’air intérieur est plus pollué que l’air extérieur. Même dans une grande ville comme Montréal. On a déjà calculé plus de 200 COV (composés organiques volatils) dans une seule maison. C’est l’accumulation de petites sources de pollution qui finit par faire des ravages avec les années.

Si votre intérieur est fortement pollué, il n’y a qu’un seul coupable : vous. C’est vous qui achetez les matériaux et les produits. C’est vous qui prenez les décisions. Vous seul pouvez améliorer la santé et le confort de votre intérieur.

En gros, rejetez tout ce qui est synthétique. Privilégiez les matériaux et les substances qui ont exigé le moins de transformations possibles. Exemple:  les peintures synthétiques. Elles renferment trop de substances nocives : solvants, colorants, formaldéhyde, COV. Même chose  pour les peintures à l’eau ou acryliques.

iStock
iStock

Tournez-vous vers les peintures naturelles: la peinture minérale à base de chaux et d’argile, la peinture à la caséine ou à l’huile de soja. Liants et pigments sont également naturels.

Fuyez les enduits synthétiques. Choisissez les enduits à base de chaux et les enduits à base de terre. Préférez le plâtre naturel au plâtre synthétique.

Côté matériaux, on choisit ceux qui absorbent la chaleur et la restituent en période de froid. Ces matériaux permettent à la maison de mieux respirer. C’est pourquoi le vinyle ou le PVC, fait à base de plastiques, est à proscrire.

Pour les murs, adoptez le bois, la brique, la pierre, les produits à base de terre comme le pisé, et d’autres matériaux non synthétiques. Vous aimez le papier peint? Optez pour celui qui ne requiert aucune colle toxique.

Refusez tout revêtement de sol fabriqué à partir de dérivés de pétrole, comme le vinyle. Rabattez-vous sur les fibres végétales, la pierre, les pavés en terre cuite, le liège, le bambou, le linoléum nouvelle génération.  Évitez le bon vieux ciment  au profit du béton nouvelle génération, comme le béton cellulaire.

Le bois comme revêtement au sol? Certainement! Mais il doit être traité avec des produits naturels: cire d’abeille, huile dure naturelle (ricin, lin), diluant d’origine végétale, colle sans solvant.

Retenez les isolants minéraux (laine de roche ou laine de verre), végétaux (laine de cellulose, chanvre, lin), ceux issus du recyclage (ouate de cellulose, métisse) ou de provenance animale (laine de mouton). Rejetez le synthétique: polyuréthane, polyester, polystyrène.

Tout système de chauffage fonctionnant à partir d’énergies fossiles est à proscrire. Le mazout par exemple. En fait, plus une maison est écologique, moins elle a besoin de chauffage. Si elle est construite avec des matériaux sains, isolée avec des produits écologiques et orientée judicieusement vers le soleil, elle n’a pratiquement pas besoin de chauffage. C’est la fameuse maison solaire passive.

Faites un test pour mesurer la concentration de radon dans votre sous-sol. Ce gaz est cancérigène.

Pour le reste, on y va en rafales. Le bois des meubles doit être brut, donc non traité et sans colle toxique. Le matelas est rempli de fibre de coco. La literie accueille la laine, le lin, la soie, le coton bio. Le bicarbonate de soude et le vinaigre remplacent les produits de nettoyage chimiques à condition de nettoyer souvent.

Ouvrez vos fenêtres tous les jours, même en hiver, quitte à vous habiller un petit cinq minutes. L’hiver, la température intérieure ne doit pas dépasser 21 degrés Celsius.

Tous ces sujets ont été abordés dans notre blogue ou le seront bientôt.

Photos : iStock.com