Les jeunes sont en difficulté

Dans le billet précédent, nous avions abordé le faible taux de propriété chez les jeunes au Québec. Selon une nouvelle étude, le Canada n’est pas en reste. Beaucoup de jeunes locataires n’arrivent pas à devenir propriétaires.

iStock
iStock

Will Dunning, chef économiste chez Professionnels hypothécaires du Canada (PHC), commente: « Le taux d’accession à la propriété au Canada a chuté, car les jeunes Canadiens de classe moyenne trouvent de plus en plus difficile d’acheter un premier logement. Les politiques gouvernementales ont contribué à ces préoccupations. Avec le récent resserrement des règles hypothécaires, les défis liés au processus d’appropriation ont augmenté, et le taux de propriétaires d’habitation connaîtra sans doute une autre baisse. »

  1. Dunning est l’auteur d’un rapport intitulé L’État annuel du marché hypothécaire résidentiel. Voici les conclusions intégrales.
  • L’accession à la propriété au Canada est à 67,8 %; une importante baisse du taux de 69,0 % en 2011
  • Le taux d’accession à la propriété a brusquement chuté pour le groupe d’âge des plus jeunes (premiers acheteurs) – soit de plus de 4 %
  • De 6 à 7,5 % de tous les acheteurs éventuels, assurés et non assurés, ne seront pas en mesure de faire l’achat d’un logement selon les résultats de l’exercice de simulation de crise
  • D’ici la prochaine élection fédérale, 200 000 familles canadiennes auront échoué le nouvel exercice de simulation de crise non assuré
  • En 2018, l’activité immobilière au Canada pourrait chuter de 12 à 15 % par rapport à 2016, ce qui ralentirait la croissance économique
  • Au cours des 12 dernières années, la croissance du crédit hypothécaire s’est chiffrée en moyenne à 7,3 % par année. Le taux de croissance a ralenti au taux actuel de 5,9 % et devrait atteindre 5,5 % en 2018.
  • Le rapport montre clairement que les Canadiens sont fortement motivés à rembourser leurs prêts hypothécaires. Chaque année, environ un tiers d’entre eux prennent des mesures qui permettront de réduire les délais d’amortissement. De manière significative, les arriérés hypothécaires sont restés très faibles au Canada, et ont encore diminué à seulement 0,24 %. Déclaration de Paul Taylor, président et chef de la direction de PHC: « Les données montrent clairement que la meilleure politique pour protéger le marché hypothécaire est de protéger les emplois des Canadiens, parce que l’histoire nous a enseigné qu’aussi longtemps qu’ils auront un emploi, ils s’acquitteront de leurs obligations. L’histoire nous apprend que peu importe la fluctuation du taux d’intérêt, dans la mesure où les revenus sont soutenus, les Canadiens seront capables de faire leurs paiements hypothécaires.»

 

Photo : iStock.com