L’immobilier à la croisée des chemins

Il aborde les sociétés de technologie immobilière, les drones, les résidences pour retraités, les tarifs douaniers sur l’acier, l’offre de terrains, le coût d’une unifamiliale, les banlieues, le cannabis, le courtage numérique. Bref, le document est un must pour les courtiers immobiliers.

Nous avons tiré les principales lignes générales pour les besoins de ce blogue, mais il vous faudra consulter le rapport pour obtenir les détails.

Portant le titre Rapport sur les tendances récentes de l’immobilier pour 2019, il a été produit par PwC Canada qui se spécialise dans la certification, les conseils, les transactions et la fiscalité à travers 158 pays.

  • Via Capitale est peut-être la première entreprise de l’industrie immobilière québécoise à avoir abordé l’impact des drones sur l’habitation, il y a trois ans. Le rapport de PwC avance que les drones sont le principal agent de disruption du secteur immobilier. On peut lire : « Des drones pourraient être utilisés pour voir l’avancement des travaux sur place tandis que d’autres essaient d’intégrer des stations d’accueil dans des collectivités pour répondre aux besoins de livraison « jusqu’au dernier kilomètre. »
  • PwC suggère un assouplissement de la réglementation et un élargissement de la banque de terrains disponibles de la part des gouvernements pour régler la question de l’abordabilité face à l’achat d’une propriété, quoique le problème est moins aigü au Québec. En fait, l’offre de terrains sera la préoccupation première des promoteurs en 2019.
  • Selon Richard Joy, directeur général de l’entreprise ULI de Toronto : « Le secteur immobilier est à la croisée des chemins : il doit travailler avec plusieurs autres secteurs pour prospérer dans l’avenir. On voit de plus en plus de collaboration entre des architectes, des constructeurs et des sociétés de technologie qui veulent redéfinir le mode de vie des Canadiens. »
  • La proportion du revenu des ménages nécessaire pour couvrir le coût d’une maison unifamiliale est passée à 53,5 % au premier trimestre de 2018. Beaucoup de milléniaux doivent tirer un trait sur l’achat d’une propriété au coeur des grandes villes et se tourner vers la banlieue.
  • Les résidences pour aînés sont appelées à connaitre une forte croissance. Elle se fera sur trois plans : constructions de nouvelles résidences, modernisation du parc actuel et création de centre de soins hautement spécialisés. Les Canadiens de plus de 65 ans sont maintenant plus nombreux que ceux de moins de 15 ans. En 2017, avance PwC Canada, 31 % des Canadiens âgés de 85 ans ou plus vivaient dans des logements collectifs. Ce n’est qu’un début.
  • Les tarifs douaniers sur l’acier risquent de faire grimper les prix de certains matériaux, au grand dam des constructeurs de résidences et de commerces. Et aussi des acheteurs de premières propriétés qui verront leur rêve de devenir propriétaires leur échapper.
  • Les espaces de travail flexible et de cotravail ont le vent dans les voiles. Ils devraient représenter 30 % du portefeuille immobilier des sociétés d’ici 2030.
  • La légalisation du cannabis récréatif devrait stimuler l’immobilier commercial car les entreprises auront besoin d’espace pour faire pousser les plants et pour vendre les produits. Cela tombe à point car l’immobilier commercial a besoin de se réinventer, estime PwC Canada.
  • Les sociétés de technologie immobilière sont en progression. Elles offrent des services d’octroi de prêts, des plateformes d’investissement et des activités de courtage numériques.
  • Montréal et Québec font partie des cinq villes canadiennes à surveiller en 2019.

Pour accéder au rapport, cliquez ici.

Photos :iStock.com