iStock

Hausse du taux hypothécaire en 2017

La Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) confirme ce que tout le monde pressentait: le marché immobilier résidentiel va ralentir au cours des prochains mois. Le ralentissement sera léger, sans rupture fracassante.

Le nombre de ventes à l’échelle provinciale diminuera de 7%, estime la FCIQ. La cause principale? Le resserrement de l’accès au financement hypothécaire en cours depuis octobre dernier.

Paul Cardinal, directeur – analyse du marché, explique:

«Les nouvelles règles hypothécaires annoncées par le ministre fédéral des Finances cet automne, dont l’instauration d’un test de simulation de crise des taux d’intérêt pour les prêts hypothécaires à faible ratio prêt-valeur [mise de fonds inférieure à 20 %], auront un impact direct sur le nombre de premiers acheteurs au Québec. Plusieurs acheteurs potentiels seront disqualifiés, ce qui entraînera un repli des ventes. »

Selon la FCIQ, le ralentissement du marché aurait pu être pire si l’emploi n’avait pas donné autant de signes positifs ces derniers temps. L’organisme rappelle que 53 000 emplois à temps plein ont été créés au Québec l’an dernier, surtout chez les 25-44 ans. Cette performance devrait en principe doper le pouvoir d’achat chez plusieurs premiers acheteurs.

La FCIQ s’attend à ce que le prix médian d’une maison unifamiliale tourne autour de 234 500 $. Explication de M. Cardinal : « Ici encore, les nouvelles règles hypothécaires feront sentir leurs effets : elles réduiront les montants empruntés par plusieurs acheteurs, qui devront inévitablement fixer leur choix sur des maisons moins chères.»

La FCIQ prévoit que les taux hypothécaires à 5 ans grimperont de 0,25 à 0,50 point de pourcentage chez les principales institutions financières au cours de l’année. Voilà une donnée qu’attendaient avec beaucoup d’impatience plusieurs acteurs et actrices du marché immobilier.

Pour la grande région de Montréal, la FCIQ annonce une diminution de 5 % du volume des transactions par rapport à 2016. Le prix médian des maisons unifamiliales atteindra 297 000 $ tandis que celui de la copropriété avoisinera les 240 000 $.

Cardinal: « Puisqu’une tendance à la baisse du nombre de propriétés à vendre s’est solidement ancrée au cours des derniers mois dans la région montréalaise, les conditions du marché changeront peu en 2017 en dépit du repli des ventes. Les segments de l’unifamiliale et du plex demeureront relativement équilibrés, tandis que celui de la copropriété, dont le surplus d’inventaire s’est passablement résorbé au cours des derniers mois, n’avantagera que légèrement les acheteurs.»

Photo: istock.com

 

 

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page