Archives pour l'étiquette Marché immobilier

Prix moyen des maison: méfions-nous!

Les mesures traditionnelles, tel que le prix moyen, permettent de moins en moins d’évaluer adéquatement la santé du marché de l’immobilier, souligne Benjamin Tal, économiste en chef adjoint des Marchés mondiaux CIBC inc. dans un communiqué.

Des chiffres : le prix moyen des maisons au Canada a augmenté de 8,6 % sur douze mois en mai, mais la progression n’est plus que de 5,6 % si on ne tient pas compte de Vancouver. En excluant Vancouver et Toronto, la hausse du prix moyen des maisons tombe à 3,7 %.[……]

Read more

Bien au delà de la pointe de pizza

Non seulement l’acte de déménager est considéré comme une fête par plusieurs observateurs de la culture québécoise, il possède aussi ses propres traditions, sa propre histoire, ses propres coutumes. Ça va bien au-delà de la pizza qu’on se partage une fois les pieds dans le nouveau logement.

Voici l’histoire du déménagement depuis 165 ans, d’après une initiative de la Banque Laurentienne.[……]

Read more

Montréal perdra-t-elle son titre de marché accessible?

Qui n’a pas entendu parler des coûts peu élevés des propriétés au Québec comparativement à ceux de l’Ontario ou de la Colombie-Britannique? Le groupe Recherche économique RBC démontre que la réalité tend à changer dans son rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété, publié début juin.

«Au Québec, le marché de l’habitation a connu une augmentation du coût de la propriété au premier trimestre de 2011. En fait, Montréal est la ville canadienne où les augmentations du prix des propriétés ont été les plus fortes au cours de la dernière année.[……]

Read more

La fin du cycle haussier en immobilier?

J’aime beaucoup le chroniqueur Patrick Charlebois. Dans sa dernière chronique de L’Hebdo Journal à Trois-Rivières, il faisait part de ses inquiétudes face au marché immobilier.

« Ce qui est surtout inquiétant en regardant le marché immobilier, c’est le niveau d’endettement des ménages, écrit-il. À ce rythme, les ménages canadiens auront bientôt à supporter une dette de 1,50 $ pour chaque dollar de revenu, un niveau record, avec un marché immobilier qui a augmenté de 121 % en10 ans au Canada, sans tenir compte de l’inflation. L’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) a d’ailleurs qualifié dernièrement le marché immobilier canadien de « cher » en ajoutant que plus tard en 2012, si les taux d’intérêt augmentent tel que prévu, 7,5 % des Canadiens pourraient perdre leurs maisons.

« On peut aussi rappeler ici qu’une baisse éventuelle du marché immobilier peut avoir des effets négatifs indirects, comme« l’effet patrimoine » par exemple. Lorsque notre maison prend de la valeur, nous avons le sentiment d’être plus riche, ce qui nous dispose davantage à dépenser plus pour nos loisirs, les restaurants et les voyages par exemple. Or, si les prix des maisons diminuent, « l’effet patrimoine » aura un impact négatif sur les dépenses discrétionnaires des ménages, ayant donc un impact néfaste sur l’ensemble de l’économie. »[……]

Read more