Thumbnail for post #20593

Le riz, un matériau du futur pour la construction de la maison

Le domaine de la construction est un secteur très polluant. De plus en plus, les experts tentent de trouver des solutions pour construire les maisons et les immeubles de façon plus écoresponsable.

Depuis quelques années, les résidus de riz — déchets de la culture — sont dans la mire des écologistes et des ingénieurs qui désirent leur trouver une utilité. Depuis quelques mois, on parle beaucoup du panneau de MDF conçu à partir de cette matière. Ce produit pourrait bien devenir un matériau de construction incontournable pour nos maisons dans les prochaines années.

 

À quoi servent les panneaux de MDF?

Les panneaux de MDF, c’est-à-dire des panneaux composés de fibres à densité moyenne, sont très utiles dans le monde de la construction. Habituellement, ils sont conçus à partir de bois. Ces panneaux sont uniformes et lisses et servent principalement à ériger les murs des bâtisses. On les utilise également pour créer des meubles, des moulures, des revêtements de sol pour le garage et bien plus! Ceux réalisés à partir de résidus de riz sont tout aussi polyvalents, mais sont plus écologiques.

Le bois, moins écolo que le riz?

On dit que le bois est une matière écoresponsable plus qu’il est renouvelable. C’est vrai! Mais la coupe des forêts est un problème important, les arbres étant les poumons de la Terre. Ainsi, remplacer le panneau de bois par celui fait à partir des déchets de la culture de riz est une excellente idée. De plus, celui-ci a une particularité que le bois n’a pas : le panneau de riz n’a pas besoin d’être enduit de colle formaldéhyde (un produit toxique) pour être fonctionnel, notamment parce qu’il résiste à la moisissure. À noter que le panneau de riz est recyclable.

 

La culture de riz : une catastrophe écologique

Selon le site Écohabitation, ces panneaux représentent une petite révolution dans le monde des matériaux biosourcés. En effet, utiliser les déchets des industries est une des façons de freiner l’épuisement de nos ressources et contrer les changements climatiques. D’autant plus qu’on sait que la culture de riz cause beaucoup de dommages à l’environnement. Tout d’abord, elle nécessite beaucoup d’eau. D’ailleurs, plusieurs cours d’eau sont détournés pour inonder les rizières. Cette action, qui nuit à la flore et à la faune, produit également du méthane. Aussi, les résidus provenant de la culture de riz sont habituellement brûlés, ce qui rejette des tonnes de dioxyde de carbone dans l’air chaque année. Pour terminer, puisque le riz est l’une des plus grandes cultures céréalières au monde, l’utilisation de ses déchets est un geste écologique qui a un fort impact.

Autres avantages

En plus d’être écologiques, ces panneaux offrent plusieurs avantages pour la construction des maisons et des immeubles : ils sont à l’épreuve de la déformation, non toxiques et résistent à la perforation, aux chocs et à la plupart des produits chimiques.

C’est en Californie qu’ils devront être produits en grande quantité afin d’être vendus. L’usine CalPlant compte bien fournir plus de 140 millions de pieds carrés par année. Un matériau vert qui pourrait rapidement s’inviter au Québec. Serez-vous un des premiers à habiter une maison faite à partir de résidus de riz?