Thumbnail for post #19751

Guide : à chacun son climatiseur!

Cette année, vous avez décidé de vous équiper d’un système pour refroidir l’air dans la maison : pas question de fondre comme l’été dernier! Mais il y a tant d’options qu’il est possible que vous soyez confus.

Thermopompe, climatiseur mural, central ou portatif, les appareils qui nous promettent un confort en été sont nombreux. Voici un petit guide pour vous aider à faire un choix éclairé.

De fenêtre et portatif

La solution facile, mais moins esthétique, demeure le climatiseur qu’on installe dans une fenêtre. Il en existe plusieurs de puissances différentes. Ils sont habituellement très efficaces et peuvent se charger d’une ou deux pièces sans problème. Le désavantage est qu’il faut le retirer en hiver. Le climatiseur portatif (sur roulettes) est muni d’un tuyau qui doit être connecté à l’extérieur pour évacuer la chaleur. Il est rare de trouver un appareil du genre qui réussit à refroidir l’air d’une pièce entière : ils sont peu performants et étonnamment plus dispendieux. Dans les deux cas, recherchez une puissance minimale de 12 000 Btu.

Mural, central et thermopompe

Pour avoir un appareil qui restera en place toute l’année et qui rafraîchira la maison entière, les gens se tournent vers les produits muraux ou centraux. Dans le premier cas, le tout est installé dans un endroit stratégique de la demeure pour climatiser toutes les pièces. Dans l’autre cas, l’air refroidi passera plutôt par les conduits d’aération d’un système à air pulsé. Ces deux options sont hautement efficaces! Un conseil : évitez les promotions à prix alléchants qui n’offrent qu’une garantie d’un an. Pour ce qui est de la thermopompe, sa seule particularité comparativement au climatiseur mural ou central est qu’elle peut également servir à chauffer la propriété en hiver grâce à sa valve réversible. À noter que sa durée de vie est souvent moindre et elle demande plus d’entretien.

Y a-t-il des options écoresponsables?

Malheureusement, un appareil de climatisation demande beaucoup d’énergie, ce qui n’est pas écologique en soi. Par contre, il y a des astuces! Par exemple, installer la boîte extérieure à l’abri du soleil aidera l’engin à consommer moins d’énergie. Aussi, certains climatiseurs sont dotés du logo ENERGY STAR, puisqu’ils répondent aux normes québécoises énergétiques, soit un SEER (Seasonal Energy Efficiency Ratio) d’au moins 14. Ce chiffre peut même idéalement aller jusqu’à 21, ce qui le rend encore plus « vert ». Un autre choix sensé? Un appareil qui récupère la chaleur. Finalement, il est possible de rafraîchir les bâtiments écologiquement grâce aux murs végétalisés.

Combien faut-il prévoir investir?

Dans l’univers des climatiseurs, les prix varient énormément. Le terme de la garantie, la qualité des matériaux ou la puissance influencent le tarif. Le plus économique sera le climatiseur qui s’insère dans une fenêtre. Neuf, on peut en trouver à moins de 250 $. Pour sa part, un système portatif exigera une dépense d’environ 1000 $. Pour ce qui est de la thermopompe ainsi que du dispositif mural ou central, les coûts oscillent entre 4 000 $ et 9 000 $. En effet, l’installation nécessite parfois des frais supplémentaires.

Bon à savoir

Le niveau de bruit qu’un climatiseur émet peut aussi être un critère de sélection, surtout si vous avez les oreilles sensibles! Et pour faire des économies, vaut mieux magasiner en automne ou en hiver. Par prudence, si vous faites affaire avec un installateur, il est toujours bien de vérifier ses qualifications auprès de la Régie du bâtiment.

En espérant vous avoir orienté vers le choix parfait pour vous!

Toutes les images de cet article proviennent de https://depositphotos.com.