Thumbnail for post #18583

Des poules en milieu urbain : le plaisir de renouer avec la nature

Plusieurs municipalités québécoises ont changé leur réglementation afin de permettre à leurs citoyens de posséder quelques poules en milieu urbain

Et si l’engouement pour les poules en milieu urbain faisait craquer le règlement de votre municipalité… Une bonne ou une mauvaise nouvelle? 

Drummondville, Mascouche, Sorel-Tracy, Chambly, Carignan, Terrebonne, Gatineau, et la liste continue. Les poules sont bel et bien de retour en ville un peu partout au Québec!

Pour être en mesure de se forger une opinion, démystifions la poule en milieu urbain.

Référence : https://allarddewitte.nl/

La poule en milieu urbain : une source de bruit ?

Faux! Une des peurs chez les gens qui s’opposent aux poules en milieu urbain est sans aucun doute le bruit. Il est vrai que de se faire réveiller par un « cocoricooooo » à trois heures du matin n’est pas souhaitable! Il est toutefois inutile de craindre cette situation, puisque seuls les coqs peuvent chanter.

La réglementation des municipalités a prévu le coup : il est interdit d’avoir un coq en ville! Pas de coq, pas de bruit! Le caquetage de quelques poules n’est certainement pas un bruit à redouter pour les voisins, surtout dans les grandes villes; malheureusement, la pollution sonore enterrera le doux bruit de deux poules qui caquettent.

Référence : https://fr.depositphotos.com

Les mauvaises odeurs 

Pas plus qu’un chat ou un chien! Un nettoyage (deux à trois fois par semaine) du poulailler (changement de la paille, de la ripe de bois, de la mousse de tourbe [peat moss]) est suffisant pour éviter que des odeurs se fassent sentir dans le voisinage. Si vous décidez (et que votre ville l’autorise!) d’avoir quelques poules, vous devrez bien entendu vous en occuper, tout comme vous le feriez pour tout autre animal de compagnie. L’entretien du poulailler fait partie intégrante du bien-être des poules!

Référence : https://fr.depositphotos.com

Avoir quelques poules ne coûtera presque rien

Il est important de bien s’informer avant de se lancer dans ce type d’aventure; le coût de démarrage peut en effet vous faire sursauter! Vous aurez besoin bien évidemment d’un poulailler urbain qui respecte les normes de votre ville et qui saura apporter confort (été comme hiver) et sécurité à vos poules. S’ajoute ensuite le coût de l’équipement nécessaire pour l’entretien et le nettoyage et celui pour l’achat de la nourriture, les suppléments nutritionnels, sans oublier les frais pour des soins vétérinaires si l’une de vos poules tombe malade. 

Plusieurs entreprises proposent un kit clé en main, dont Poc Poc, une entreprise cofondée par Étienne Lapierre et Alexandre Mc Lean d’Alvéole. Vous trouverez toutes les informations en visitant leur site web et Indiegogo pour connaître tous les forfaits qu’ils offrent.

Référence : https://fr.depositphotos.com

La durée de vie d’une poule est plutôt courte 

Encore une fois, faux. Une poule heureuse peut vivre jusqu’à quatorze ans! Si vous désirez avoir de bons œufs frais tout au long de la semaine, sachez que les poules pondent à partir de 20 semaines et qu’elles pondront de façon régulière jusqu’à l’âge de trois ans. La ponte décroîtra d’environ 20 % par année et vos poules cesseront de pondre des œufs à l’âge de huit ans. 

Vous aurez plusieurs années pour aimer vos poules! Attachantes et très sociables, elles vous surprendront assurément.

Pas de prédateurs en ville

Quoiqu’il y ait moins de prédateurs en ville qu’à la campagne, il est faux d’affirmer que vos poules ne seront aucunement à risque. Les prédateurs les plus communs en milieu urbain sont les rats et les ratons laveurs. En ville, ils réussissent à se nourrir de vos déchets et de ceux des restaurants, entre autres, mais ils n’hésiteront pas à attaquer vos poules s’ils ont faim. Les chiens errants, les oiseaux de proie et les humains (eh oui, vous avez bien lu!) sont les autres prédateurs à craindre en zone urbaine

Vos poules doivent être en mesure de s’abriter si elles sont en danger. Pour empêcher les chiens et autres animaux de creuser un trou et d’attaquer vos poules, les clôtures autour des enclos doivent être d’au moins un pied sous terre. 

 

Référence : https://fr.depositphotos.com

Pas de temps pour m’occuper de mes poules

Avoir des poules demeure relativement simple; vous devez prévoir environ une heure par jour pour les nourrir, nettoyer le poulailler et leur apporter les soins nécessaires. Il est conseillé de les nourrir et voir à ce qu’elles aient de l’eau fraîche deux fois par jour, en matinée et en soirée, et de vérifier si elles sont en sécurité pour la nuit. 

Avant d’entreprendre toute démarche, assurez-vous d’avoir quelqu’un qui pourra prendre soin de vos poules si vous devez vous absenter pour une période de plus de deux jours (imprévus, vacances, etc.).

Avoir une seule poule

Les poules sont des animaux très sociables; une poule seule est une poule triste. Trois ou quatre poules sont idéales pour une installation en milieu urbain, toujours selon la grosseur de votre poulailler et de votre enclos.

Toutefois, n’oubliez pas que chaque poule pondra en moyenne un œuf par jour… Si vous avez quatre poules, le nombre d’œufs s’élève à 28 par semaine! C’est beaucoup pour une famille de deux adultes et deux enfants, mais ces œufs vous permettront de tisser des liens avec votre voisinage, qui aimeront recevoir gratuitement de bons œufs frais (la vente d’œufs issus de la ponte est interdite). 

Référence : https://fr.depositphotos.com

Renseignez-vous auprès de votre ville pour connaître la réglementation concernant les poules en milieu urbain, et, qui sait, peut-être réussirez-vous à faire adopter une nouvelle loi vous permettant d’avoir quelques poules dans votre cour?

Le web regorge d’informations au sujet des poules en milieu urbain! 

Source de l’image de couverture : https://depositphotos.com