Un début d’année fracassant

iStock
iStock

Comme les analystes l’avaient prévu, l’année 2018 a démarré en trombe au Québec en termes de ventes résidentielles. Cela s’est traduit par une augmentation de 3% durant les trois premiers mois de l’année, comparativement à la même période l’an dernier.

Nous sommes en présence du meilleur début d’années depuis 2012. Et d’une quinzième hausse trimestrielle  consécutive.

Voici le tableau des faits saillants tels que rapportés par la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) à partir de la banque de données Centris.

Ventes

  • En tout, 15 020 unifamiliales (0 %), 5 260 copropriétés (+13 %) et 1 679 (+2 %) plex ont changé de mains.
  • Sur le plan géographique, les agglomérations de Rivière-du-Loup (+22 %), de Salaberry-de-Valleyfield (+21 %), de Mont-Tremblant (+15 %) et de Saint-Hyacinthe (+13 %) se sont particulièrement démarquées et affichent les plus fortes croissances des ventes résidentielles.
  • Du côté des six régions métropolitaines de recensement (RMR), celle de Montréal a connu la plus forte augmentation des ventes, soit de 7 %, suivie de celle de Saguenay, où la hausse a été de 5 %. Les ventes des RMR de Québec et de Sherbrooke sont demeurées relativement stables, alors que celles de Trois-Rivières (-11 %) et de Gatineau (-8 %) se sont repliées.

Inscriptions en vigueur

  • Le nombre de propriétés à vendre a poursuivi sa descente, affichant une diminution de l’offre pour un neuvième trimestre consécutif. Ainsi, 68 423 propriétés résidentielles étaient inscrites au système Centris®, soit 9 % de moins qu’à la même période en 2017.
  • Le nombre d’inscriptions a diminué dans chacune des trois catégories de propriétés, soit une baisse de 8 % pour l’unifamiliale, de 13 % pour la copropriété et de 4 % pour les plex.

Précision de Paul Cardinal, directeur du service Analyse du marché à la FCIQ: « La tendance baissière des inscriptions est généralisée à l’ensemble de la province. L’offre de propriétés a fléchi dans chacun des principaux centres urbains de la province, à cinq exceptions près, soit Sainte-Adèle (+21 %), Rimouski(+13 %), Shawinigan (+4 %), Saguenay (+3 %) et Québec (+1 %).»

Prix

  • Pour l’ensemble de la province, le prix médian des unifamiliales a augmenté de 3 % et atteint 248 000 $.
  • Les plus fortes hausses de prix pour l’unifamiliale ont été enregistrées dans les agglomérations de Sainte-Agathe-des-Monts (+18 %), de Saint-Sauveur (+13 %), de Thetford Mines(+8 %), de Victoriaville (+7 %) et de Rouyn-Noranda (+7 %).
  • Le prix médian des copropriétés a également crû de 3 % à l’échelle provinciale et s’établit désormais à 229 000 $, tandis que le prix médian des plex a augmenté de 6 %, la moitié des petites propriétés à revenus s’étant vendues plus de 380 000 $.

Fait à noter : la rapidité des ventes. Les unifamiliales se sont vendues en 110 jours en moyenne, soit 5 jours de moins qu’au premier trimestre de 2017. Quant aux copropriétés, ce fut 115 jours, ce qui se traduit par une diminution de 16 jours.

D’autres informations sont disponibles.

Photo : iStock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page