Le danger du climatiseur

Le climatiseur fait rêver lors des périodes de canicule. Vu le réchauffement climatique qui ira en s’accroissant, il va se vendre comme des petits pains chauds à travers la planète. Effet pervers puisque ces millions de climatiseurs accéléreront le réchauffement. On fait quoi?

iStock
iStock

Les chaleurs estivales du Québec, qui nous paraissent parfois étouffantes, n’ont rien à voir avec celles de pays comme l’Indonésie, le Brésil, l’Inde et les pays d’Afrique. Une grande partie de l’hémisphère sud aura de la difficulté à se priver d’un climatiseur. Nous, dans l’hémisphère nord, c’est possible.

Et puis, avez-vous songé que la chaleur intérieure que le climatiseur chasse à l’extérieur ne disparaît pas? Au contraire, elle s’accumule autour de votre propriété. Elle reste donc dans la ville. Les alentours se transforment en bulle de chaleur. Et nous sommes en présence d’un cercle vicieux. 

Un article récent de l’agence France-Presse déclinait tous les effets néfastes d’un climatiseur. Se basant sur un rapport publié par l’Agence internationale de l’énergie, l’auteur de l’article écrivait « qu’à moins d’un changement radical de trajectoire, les émissions de dioxyde de carbone liées à la climatisation devraient presque doubler entre 2016 et 2050 » Il ajoute: « En quantité de CO2 supplémentaire rejeté dans l’atmosphère, c’est comme si l’on ajoutait une Afrique actuelle au monde, soit près d’un milliard de tonnes de CO2 environ par an. »

Prenez le temps de lire l’article. Le lire vous donne froid dans le dos.  

Le climatiseur peut se montrer indispensable à condition que l’on ait épuisé toutes les possibilités de rafraîchissement que nous avons justement énumérées dans un billet récent. Il faut juste un minimum de bonne volonté, d’organisation et de discipline.

Un climatiseur, c’est cool. Mais il est le dernier des moyens de se rafraîchir. Et non le premier. 

Photo: iStock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page