iStock

L’aluminium devient vert

Il n’y a pas si longtemps, et peut-être encore aujourd’hui, l’aluminium figurait parmi les matériaux maudits chez les écologistes tellement la production était polluante. C’est en train de changer.

L’aluminium ne sera jamais le bois, la pierre ou la terre. Ce n’est pas un matériau écologique. Mais son utilisation est tellement répandue qu’il serait pratiquement impossible de s’en priver.

Plusieurs s’attendaient par-contre à ce que les grands producteurs, comme Alcoa Corporation et Rio Tinto, fassent au moins l’effort de diminuer leurs émissions de gaz à effet de serres (GES). Le processus est enclenché.

Cette année, Rio Tinto devenait la première entreprise du secteur des mines et des métaux au monde à recevoir la certification en vertu de la Norme de traçabilité du secteur de l’aluminium, accordée par l’Aluminium Stewardship Initiative (ASI). En gros, les acheteurs ont maintenant la confirmation que l’aluminium qu’ils achètent a été produit dans le respect des normes environnementales.

Alf Barrios, chef de la direction, Rio Tinto Aluminium, a déclaré: « L’aluminium joue un rôle clé : c’est une matière de choix pour réduire l’empreinte carbone et accroître le recyclage d’un large éventail de produits finaux, depuis l’emballage des aliments jusqu’aux immeubles, en passant par les avions, les voitures, les téléphones mobiles et les ordinateurs. »

Rio Tinto avait lancé en 2016 RenewAlMC, le premier aluminium certifié à faible empreinte carbone, étiqueté en tant que produit fabriqué avec de l’énergie renouvelable.

Mais le gros boom s’est produit en mai dernier. Au cours d’une conférence de presse majeure, réunissant entre autres les premiers ministres Philippe Couillard et Justin Trudeau, Alcoa Corporation et Rio Tinto annonçaient la création d’un nouveau procédé révolutionnaire d’électrolyse de l’aluminium produisant de l’oxygène, sans émissions directes de gaz à effet de serre. C’est ni plus ni moins la plus importante innovation dans le secteur de l’aluminium depuis plus d’un siècle, clame-t-on.

J.-S. Jacques, chef de la direction de Rio Tinto : « Ce procédé d’électrolyse révolutionnaire permet de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre. Il renforce encore davantage le rôle essentiel que joue de l’aluminium dans le progrès humain grâce à la fabrication d’objets recyclables à l’infini, plus solides, plus légers et plus écoénergétiques. Rio Tinto est fier de collaborer avec Alcoa, Apple et les gouvernements du Canada et du Québec pour créer une innovation susceptible de transformer l’industrie et les chaînes d’approvisionnement de nos clients. »

Roy Harvey, président et chef de la direction d’Alcoa : « L’industrie attendait cette découverte depuis longtemps. Elle représente l’aboutissement de décennies de travail réalisé par des employés chevronnés d’Alcoa. Notre histoire d’innovation se poursuit aujourd’hui avec cette nouvelle étape du développement des avantages durables de l’aluminium, qui permettra de réduire l’empreinte carbone d’une multitude de produits, des automobiles jusqu’aux produits électroniques grand public. »

Pour en savoir davantage, cliquez ici.

Photo :iStock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *