iStock

Acheteurs négligents, problèmes importants

Savoir poser les bonnes questions avant de procéder à l’achat d’une propriété est essentiel pour l’acheteur voulant fuir les mauvaises surprises. Malgré l’abondance d’informations disponibles, sur ce blogue-ci entre autres, trop de propriétaires encore se retrouvent avec des problèmes qui coûtent des milliers de dollars.

Selon le deuxième sondage annuel de l’entreprise Allstate du Canada, effectué par la firme Léger, le quart des propriétaires québécois disent avoir connu des problèmes importants dans les cinq années suivant l’achat de leur propriété. Parmi eux, 7 % ont subi des dommages variant entre 1 500 $ et 5 000 $, et 5 % ont fait face à des dommages dépassant 10 000 $.

André Parra, directeur principal, réclamations, Québec et Maritimes, chez Allstate du Canada,  a un conseil pour les futurs acheteurs : « Il est essentiel d’inspecter une maison et ses environs pour déceler des problèmes potentiels, que vous magasiniez une nouvelle maison ou envisagiez des rénovations. Être au fait de ce qu’il faut vérifier vous aidera à mieux vous préparer et à potentiellement corriger des problèmes préexistants avant qu’ils ne gagnent en importance et ne deviennent plus coûteux. »

Autre donnée intéressante du sondage pour le Québec: quatre propriétaires sur dix ont reconnu leur négligence d’une manière ou d’une autre. Ils s’y prendraient autrement si l’achat de la propriété convoitée était à refaire. Parmi eux, 18 % auraient fait appel à un inspecteur des bâtiments tandis que 17 % auraient porté une attention accrue.

Combien se sont montrés attentifs aux risques de refoulement des égouts ou d’infiltration d’eau avant de signer le contrat d’acquisition?  Près de la moitié, soit 45 %.

Autres données telles que présentées dans le communiqué de presse.

  • Seulement le tiers (35 %) a vérifié si la propriété est située dans une zone inondable, près d’un grand plan d’eau douce ou sur d’anciens terrains marécageux.
  • Un tiers (32 %) se sont informés à propos des dommages ou des réclamations d’assurance antérieures découlant d’inondations ou d’incendies.
  • Un quart des propriétaires (26 %) ont vérifié s’il y avait déjà eu des plaintes, des recours collectifs ou des poursuites contre l’entrepreneur qui a construit leur propriété.
  • Un propriétaire sur cinq (20 %) a fait des recherches sur la façon dont le développement urbain des environs pourrait affecter sa propriété.

Allstate du Canada met à la disposition des futurs acheteurs une infographie et un guide dans l’espoir de les aider à mieux déceler les travaux d’entretien et les rénovations à entreprendre.

On ne sera pas surpris d’apprendre que les dégâts d’eau sont les réclamations les plus fréquentes auprès d’Allstate du Canada. Les causes sont nombreuses : bris de tuyaux (34 %), fuites de toilettes et de douches (25 %), machines à laver (7 %) et fuites de chauffe-eau (7 %).

Après les dégâts d’eau suivent dans l’ordre les dommages provoqués par le vent et la grêle, qui consistent souvent en des infiltrations d’eau par la toiture (47 %) ou en chute de bardeaux ou de revêtements (23 %), puis les incendies.

N’oublions pas que le fardeau de la vérification de l’état d’une propriété n’est pas exclusif aux futurs acheteurs. Les propriétaires vendeurs ont aussi la responsabilité d’offrir au marché une propriété en bon état.

Photo : iStock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page