Un début d’année fracassant

iStock
iStock

Comme les analystes l’avaient prévu, l’année 2018 a démarré en trombe au Québec en termes de ventes résidentielles. Cela s’est traduit par une augmentation de 3% durant les trois premiers mois de l’année, comparativement à la même période l’an dernier.

Nous sommes en présence du meilleur début d’années depuis 2012. Et d’une quinzième hausse trimestrielle  consécutive.

Voici le tableau des faits saillants tels que rapportés par la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) à partir de la banque de données Centris. Continuer la lecture

Ces gens qui veulent nous aider

Quand nous achetons une propriété, surtout si c’est une première fois, notre entourage se fait un devoir de nous couvrir de conseils. Des bons conseils, semble-t-il, mais qui, souvent, ne le sont pas. L’intention est bonne, mais parfois trop bonne. Y a-t-il moyen d’y résister? Certainement.

iStock
iStock

Rares sont vos amis, parents, voisins, connaissances qui ont véritablement les compétences qu’ils prétendent posséder pour vous guider dans l’achat de votre propriété ou autre domaine connexe. Pourtant, vous ne voulez pas décevoir le beau-frère qui proclame haut et fort qu’il s’occupera de remettre en ordre le sous-sol de la propriété convoitée, alors que vous sachez pertinemment qu’il ne finit jamais ce qu’il commence. 

Continuer la lecture

Ne laissez pas les dollars filer

Pour beaucoup de gens, l’incroyable sentiment d’avoir un vrai chez soi qui leur appartient est ce qui les pousse à acquérir une propriété. Le reste est bien secondaire. Ils négligent même le côté investissement. Pourtant, un deuxième effort leur permettrait de gagner beaucoup d’argent, très facilement.

iStock
iStock
Les locataires ont hâte d’entrer dans leur première maison, d’y construire leur cocon en décorant et en rénovant, d’y vivre la vie de propriétaire. C’est un plaisir imbattable. Est-ce une raison par contre de lever le nez sur la dimension investissement? D’écarter des calculs de base du revers de la main et de se priver de milliers de dollars?

Continuer la lecture

Les ventes progressent à MTL

iStock
iStock

Les ventes résidentielles vont tellement bien à Montréal, mois après mois, que la question n’est pas de savoir si elles ont augmenté, mais de combien? Réponse pour le mois de mars par rapport à mars 2017 : 6%.

La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) nous annonce donc une 37e hausse mensuelle consécutive tout en précisant qu’il s’agit du meilleur mois de mars en huit ans, selon la base des données Centris. Encore une fois, c’est la vente des copropriétés qui a le plus contribué à la hausse mensuelle.

Voici intégrales les principales données pour le mois de mars. Continuer la lecture

iStock

Taux fixe ou variable : une question de mensualité d’hypothèque

Après la question du terme ouvert ou fermé, vient inévitablement celle du taux fixe ou variable. Lequel est le plus approprié pour votre situation?

Lorsque vient le temps de choisir votre type de terme hypothécaire, divers éléments sont à prendre en compte. Vos moyens financiers, votre tolérance au risque, le contexte économique sont autant de facteurs à considérer. Pour démêler le tout et prendre la meilleure décision possible, voici quelques informations qui vous permettront de faire un choix éclairé pour votre type de prêt hypothécaire.

Taux fixe versus taux variable : lequel est le plus bas?

Règle générale, les prêts hypothécaires à taux variable sont souvent plus bas que les taux fixes. Pour comprendre cette différence, il faut se pencher sur la manière dont est calculé le pourcentage de ce type de taux. En fait, le taux d’intérêt variable d’une institution financière correspond à son taux préférentiel. Ce dernier est établi à partir du taux du financement à un jour de la Banque du Canada. À ce taux s’ajoute un pourcentage d’intérêt supplémentaire qui permet d’obtenir le taux variable.

Si, comme pour le taux fixe, le montant des remboursements mensuels reste la plupart du temps le même, le ratio d’intérêts et de capital sera cependant sujet aux fluctuations du marché. Il existe aussi certains types de prêts hypothécaires à taux variable dont les mensualités peuvent varier selon l’évolution des taux d’intérêt du marché. Quant au taux fixe, vous serez toujours assuré d’avoir le même montant dédié au remboursement du capital, peu importe les aléas du marché. Continuer la lecture