Sauvée par sa bibliothèque!

Retour à Sarajevo, ville de Bosnie assiégée durant la guerre 1992-1995 dans l’ex-Yougoslavie.

Canons et mortiers arrosent la ville d’obus pendant que les tireurs d’élite, cachés dans les collines, prennent adultes et enfants pour cibles. Un enfer qui a duré presque cinq ans.

Mevlida Karadza se bat pour sortir de la ville. Sa fille et ses deux petites-filles ont fui à temps. Mevlida est prise au piège. Son gendre Milan aussi. Ses amis aussi.

Elle n’a qu’une seule idée en tête: revoir sa fille et ses deux petites-filles.

Un jour, elle se prépare à bouffer au pied de l’immeuble qu’elle habite. Mevlida raconte:

«Les obus se sont alors mis à pleuvoir, et tout le monde s’est réfugié dans les immeubles… Rajka la mère de Milan avait mis la table, et nous nous sommes empressés de manger. Dans l’appartement d’à côté, nous n’entendions que Damir. Nous avions pris l’habitude, au plus fort des bombardements, de nous mettre à l’abri dans le couloir commun car nous nous y sentions en sécurité. J’avais sorti deux tabourets, mais je suis retournée prendre le petit sac contenant mon strict nécessaire. Deux obus ont alors explosé, sans doute assez près. On m’avait expliqué qu’un même endroit est généralement pris pour cible trois fois. C’est avec cette idée-là en tête que je suis rentrée dans l’appartement. Le mur s’est jeté sur moi. Mes souvenirs s’arrêtent là… Ensuite seulement j’apprendrai que j’ai été touchée à la jambe gauche, qu’un obus a frappé le balcon et le mur extérieur de mon bureau. Contre ce mur, il y avait une bibliothèque, deux à trois épaisseurs de livres, et cela aura –légèrement du moins- atténué la violence de l’explosion. Vu la multitude d’éclats projetés en tous sens dans une pièce totalement dévastée, qu’un seul m’ait touché relève du miracle.»

iStockphoto
iStockphoto

Continuer la lecture

Du bruit, jour et nuit

Près de 100 000 Montréalais vivent dans un quartier où un bruit semblable à celui d’un sèche-cheveux se fait entendre, vingt-quatre heures sur vingt-quatre.

iStockphoto
iStockphoto

«Dans l’ensemble de l’île de Montréal, le bruit ambiant extérieur oscillait entre 50,5 et 68,8 décibels (dBA) avec une moyenne de 58,3. Concrètement, 50 dBA équivalent au bruit d’une discussion à voix à peine plus basse que la normale, tandis que 68,8 dBA s’apparentent au son d’un sèche-cheveux», écrivait Martin Lasalle dans le journal Forum de l’Université de Montréal, en faisant référence à une recherche effectuée par un groupe de chercheurs sous la direction d’Audrey Smargiassi, professeure à l’École de santé publique de l’Université de Montréal.

Autre découverte: Continuer la lecture

La danse des tours à bureaux

Il y a bousculade au centre-ville de Moscou. Des édifices tentent d’attirer l’attention des visiteurs en jouant des hanches ou en mettant en valeur leur principal atout corporel. Donnez-leur des téléphones intelligents (ou mobiles) et ils se prendront eux-mêmes en photo. Des édifices «selfies», pourquoi pas!

Ils se font compétition dans un espace qu’on appelle en anglais Moscow International Business Center, surnommé dans la vie de tous les jours Moscow-City ou Moskva-City. D’autres emploient l’expression «le Manhattan de Moscou».

C’est un quartier d’affaires futuriste qui n’a pas fini de s’étendre au cœur de la capitale russe. Il grimpe vers le ciel aussi car il renferme à lui seul quatre des cinq édifices les plus hauts de l’Europe, y compris le plus élevé. Vladimir Poutine et les milliardaires russes se montrent ambitieux.

Quels sont ces édifices?

iStockphoto
iStockphoto

Il y a la très sensuelle Evolution Tower. Elle monopolise les regards avec son déhanchement poussé à l’extrême. La torsion est si parfaite qu’elle frise la spirale. Continuer la lecture

Conseils utiles du mois de BMO

Apprenez à connaître ces quatre personnes lorsque vous achetez une maison. Mettez sur pied l’équipe qui vous mènera vers la réussite.

Que vous achetiez votre première maison ou une deuxième, ou même une troisième, déménager est un événement excitant. Par contre, un déménagement peut aussi être intimidant et exigeant si vous comptez toutes les étapes à suivre avant d’obtenir vos nouvelles clés.

Heureusement, tout est beaucoup plus simple avec l’aide de spécialistes qui s’y connaissent. Les quatre personnes présentées ci-dessous pourraient vous être fort utiles durant le processus d’achat de votre maison.

iStockphoto
iStockphoto
  1. Le courtier immobilier : Vous pensez peut-être que chercher des maisons potentielles est un exercice que vous pouvez faire vous-même. Toutefois, les acheteurs de première maison, et même les acheteurs qui ont de l’expérience, ont tout avantage à faire affaire avec un spécialiste du secteur de l’immobilier. Cette personne peut vous aider à trouver des inscriptions, y compris celles qui ne sont pas annoncées, qui répondent à vos critères, et vous donner des conseils quant au marché. De plus, elle peut vous aider à négocier le prix, la date de prise de possession et des extras comme des réparations, des meubles et des électroménagers.
  2. Le notaire ou l’avocat : Un avocat ou un notaire peut agir en votre nom durant le processus d’achat de votre maison. Cette personne aide à tout coordonner, de l’ébauche du contrat à la négociation de la vente, sans oublier l’examen des rapports d’inspection et des documents hypothécaires. Faire affaire avec avocat ou un notaire tôt dans le processus d’achat d’une maison peut faire gagner du temps et réduire les risques.
  3. L’inspecteur en bâtiment : Il est avantageux de faire appel à un inspecteur en bâtiment qui évaluera la maison avant que vous ne l’achetiez. Une inspection coûte en moyenne 450 $ (selon la province). Souvent, il s’agit d’un bon placement, car l’inspecteur en bâtiment vous indiquera tout problème que vous n’avez pas vu en surface, par exemple des problèmes avec le toit, l’électricité, le chauffage ou la climatisation, les fenêtres ou les portes, ou les fondations.
    Faites appel à un inspecteur certifié qui possède idéalement une expérience en ingénierie et qui connaît les maisons du quartier où vous achetez.
  4. Le spécialiste – Prêts hypothécaires : Le dernier, mais non le moindre, est le spécialiste – Prêts hypothécaires. Faire affaire avec un spécialiste – Prêts hypothécaires de confiance est essentiel durant le processus d’achat d’une maison. Cette personne peut vous aider à dresser le portrait de votre situation financière et à déterminer le prix qui respecte réellement votre budget, en plus de vous présenter les options hypothécaires qui vous conviennent et le montant de la mise de fonds que vous pouvez vous permettre.

Continuer la lecture

Un espace de travail efficace

Vous en avez marre de votre bureau à la maison. Vous êtes souvent dérangé ou vous trouvez l’espace mal structuré. Vous avez décidé de consacrer une portion de vos vacances à rénover votre espace de travail, ou peut-être à le créer si vous venez de faire votre entrée dans la sphère des travailleurs autonomes.

La porte de votre bureau ne vous isole pas suffisamment? Il existe une solution draconienne: sortir le bureau de la maison. Beaucoup l’ont fait. Certains ont même rénové une chambre à proximité du logis familial, quitte à payer un loyer.

Pourquoi ne pas transformer le cabanon au fond du jardin en espace de travail? Ce fut l’option de l’auteur Roald Dahl (Charlie and the Chocolate Factory jouée par Johny Depp au cinéma) et celle de l’écrivain russe Anton Tchekhov qui avait aménagé un pavillon derrière sa propriété.

Sinon, il y a le garage. Certains travailleurs autonomes y aménagent leur bureau.

iStockphoto
iStockphoto

Solution moins radicale: ouvrir une porte extérieure tout en condamnant celle communiquant avec l’intérieur de la maison.

Il faut élargir l’espace entre vous et votre famille, vos amis, vos voisins, qui hésiteront à franchir la distance avant de venir vous importuner.

Si toutes ces idées vous rebutent, considérez l’espace sous les combles de la maison. L’endroit n’est pas à négliger. Les travailleurs autonomes se réfugient souvent au sous-sol. Pourtant, il est plus difficile de monter l’escalier que de le descendre. Votre entourage sera moins porté à vous déranger.

Si vous voulez conserver votre bureau actuel, ajoutez une séparation entre vous et votre entourage. Ce peut être un paravent, une cloison de verre ou même une bibliothèque couvrant le mur. Plus elle sera massive, plus elle sera efficace. Continuer la lecture