Montréal ou la banlieue?

iStockphoto
iStockphoto

Un jour dans la salle de rédaction d’un journal hebdomadaire à Laval,  un journaliste revient d’une conférence de presse. Il est dans un état d’agitation avancé: «Je viens de voir la chose la plus laide de ma vie», lance-t-il dès l’entrée. Ces confrères s’agitent à leur tour: «Quoi, quoi, quoi?» Le journaliste: «J’arrive du quartier Ste-Dorothée. Toutes les maisons sont pareilles! D’un bout à l’autre de la rue. Toutes identiques!»

Précisons que le gars avait grandi à Montréal et, de mémoire, il habitait le Plateau Mont-Royal.  Il n’avait pas d’auto. C’est en taxi qu’il se rendait aux conférences de presse. Inutile de vous dire qu’il n’était nullement question pour lui de s’établir un jour à Laval.

Quelques années plus tard, j’ai sursauté en entendant un acteur montréalais déclarer à l’émission Tout l’monde en parle qu’il avait un haut-le-cœur chaque fois qu’il mettait les pieds dans la zone du 450.
On s’entend pour dire que ces deux réactions, celle du journaliste et celle de l’acteur, sont extrêmes. On peut affirmer ne pas aimer la banlieue sans tomber dans l’hyperbole. Continuer la lecture

iStockphoto

Le secret des familles heureuses (suite)

Hier, nous vous invitions à observer tout ce que votre propriété peut vous offrir en matière de jeu ou d’espace de jeu pour cimenter votre vie familiale. Voici des exemples.

Invitez vos enfants à dresser une tente au milieu de la salle de séjour, au sous-sol ou dans leur chambre. Juste le fait de la monter ensemble, c’est déjà gros. Ensuite, les enfants dormiront sous la tente des nuits entières jusqu’au jour où ils s’en lasseront. N’oubliez pas les lampes de poche qui serviront aussi à jouer à la cachette dans le noir. Les personnes souffrant de malaise cardiaque, prière de vous abstenir. Continuer la lecture

Le secret des familles heureuses

«….et toutes ces plaisanteries que nous étions seuls à comprendre, qui sont le code secret des familles heureuses», écrivait Vladimir Nabokov dans Autres rivages.

iStockphoto
iStockphoto

Jouer avec les enfants génère une quantité industrielle de rires, de plaisanteries  et de bons moments à partager pendant des années. C’est connu: le jeu entre parents et enfants cimentent la vie familiale.

Or, on me rapportait dernièrement qu’à la question : «Combien d’entre vous jouent réellement avec leurs enfants?» Deux couples seulement sur dix ont levé la main. Le psychologue a secoué la tête de dépit: «Pourtant, a-t-il dit, c’est l’exercice le plus efficace pour garder la forme physique et mentale.» Continuer la lecture