Votre toiture tiendra-t-elle le coup?

Source : iStockPhoto

Bourrasques de vent et pluies torrentielles malmènent plusieurs régions du Québec depuis quelques jours. Dites-nous : est-ce que votre toiture s’en sortira indemne?

Un conseil : vaut mieux s’en apercevoir avant qu’il ne soit trop tard. L’heure est peut-être à un examen minutieux de votre toiture pour vérifier son degré d’usure.

On ne le répète jamais assez. Un problème détecté tôt diminue de beaucoup la facture à payer.

Il ne faut pas oublier que l’on vit au Québec. Cela veut dire : neige, pluie, gel, grésil, vents forts, humidité excessive, canicule estivale. Les intempéries frappent votre toiture de plein fouet, année après année. Celle-ci finit par craquer.

Les professionnels de l’Association provinciale des constructeurs d’habitations du Québec (APCHQ) nous rappellent que la durée de vie des bardeaux d’asphalte joue entre 15 et 25 ans.

«Comme les bardeaux se détériorent principalement sous l’effet du gel, du vent, de la pluie et des rayons ultraviolets, portez une attention particulière aux pentes exposées au sud, aux faces soumises aux vents dominants et aux endroits où la neige s’accumule, expliquent les pros de l’APCHQ. Prenez note également des problèmes constatés en hiver et au printemps, comme des barrages de glace ou des infiltrations d’eau. Ceux-ci peuvent être causés par un manque de ventilation, une isolation insuffisante ou, encore, une réparation antérieure plus ou moins réussie. ».

Les pros de l’APCHQ recommandent de faire appel à un maître-couvreur.

« Pour poser le bon diagnostic et établir les paramètres du contrat, disent-ils, votre maître couvreur doit pouvoir bien évaluer le projet. Si vous n’êtes pas en mesure de l’accompagner dans son évaluation, demandez-lui de prendre des photos afin de vous montrer l’étendue des dommages. Certains détails, comme des solins mal installés ou ne respectant par les dimensions minimales, peuvent vous échapper alors qu’ils seront facilement repérés par un professionnel ».

L’examen en profondeur terminé, si des travaux sont requis, vous aurez à prendre une décision.. Seront-ils ciblés vers des endroits précis ou la toiture doit-elle être changée dans sa totalité?

Et puis, il y a le contrat à signer entre vous et le maître-couvreur.

« Celui-ci détaillera les travaux à effectuer (choix de couleur et modèle de la toiture, installation des bardeaux, enlèvement du revêtement existant, remplacement des solins, réparation du pontage abîmé, pose d’une membrane, etc.) et indiquera la période à laquelle ces interventions seront réalisées, indique l’APCH. À noter toutefois que les travaux doivent être réalisés lorsque les conditions météorologiques sont favorables; il est donc possible que la date indiquée au contrat ne puisse être respectée en raison des aléas de la température (ex : période de pluie qui retarde le début du projet).

« Le contrat devra aussi préciser qui, de vous ou de votre couvreur, fera la demande de permis auprès de la municipalité et en assumera les frais. Votre entrepreneur peut également se charger de retirer certains équipements présents sur la toiture (antennes, coupoles) ou en périphérie de la maison (chauffe-piscine). Le cas échéant, assurez-vous que le contrat tienne compte de leur réinstallation. »

Pour dénicher un professionnel de la toiture, vous pouvez consulter le Répertoire des entrepreneurs de l’APCHQ ou communiquez avec le Service de référence au 514 353-5069 ou au 1 800 361-2037, poste 222.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone